Connexion
 Essai bottes LEATT GPX 5.5 enduro Jonny Walker 222

Essai bottes LEATT GPX 5.5 enduro JW22

  • Par: La Rédac' Freenduro

Après 5 mois de test en enduro dans des conditions variées, voici notre avis et ressenti au sujet des bottes tout-terrain LEATT GPX 5.5 FlexLock dans leur version enduro JW22 (Jonny Walker).

bottes enduro LEATT 5 5 JW22 freenduro

Technologies inédites au services de la protection du pilote

Cette botte enduro GPX 5.5 est dotée de la Technologie Flexlock qui en gros permet de prévenir les blessures de la cheville en limitant l'extension de l'articulation. Mais le système Flexlock n'est pas la seule inovation de cette botte,  car le Flexlock est secondé par le système LockOut, qui lui permet de réduire jusqu'à 37 % les forces exercées sur la cheville tout en réduisant jusqu'à 35 % les forces qui s'exercent sur le genou. Tout cela ça semble très intéréssant sur le papier, mais difficile de vérifier ces chiffres en pratique. Mais on peut au moins faire le crédit au fabricant Sud Africain (spécialisé depuis 2004 dans les équipements de sécurité pour les pilotes off-road) de savoir de quoi il parle quand il annonce des chiffres.

Cette botte 5.5 été introduite sur le marché en 2019, mais Leatt annonce avoir travaillé 3 ans sur la mise au point avec notamment l'aide de Jonny Walker qui a pu rouler et tester des prototypes de ces bottes avant la sortie officielle que nous teston aujourd'hui.

boucle bottes LEATT 5 5 freenduroL'insert rouge du système Flexlock peut être remplacé par un autre modèle fourni, pour limiter encore plus l'extension de la cheville

Pour le confort, les parties internes sont rembourrées avec de la mousse d’impact pour procurer un bon ajustement du pied et de la cheville ce qui d'après le fabricant procure une meilleure sensation de confort et de douceur.

L'avis Freenduro au sujet des Leatt GPX 5.5 enduro 

On commence ce tour d'horizon par un petit retour sur le choix de la taille. En chaussure "de ville" ma pointure est du  44,5, donc pour les bottes enduro, je prends toujours une taille au-dessus (pour pouvoir porter des chaussettes épaisses). C'est ce que j'ai fait avec les Leatt en choisissant une taille 45,5 (11 US). Et bien avec les Leatt pour moi la taille 11(us) correspond à ma morpholgie de pied. A priori donc, les 5.5 taillent juste, ni trop peti ni trop grand. Par contre, autant avec les Alpinestar Tech7 mon pied nage un peu l'intérieur, autant avec les Leatt mon pied est un peu plus serré, ce n'est pas désagréable, car l'intérieur des bottes et très rembouré et confortable, mais ça surprend un peu par rapport à d'autres marques qui sont moins ajustées à mon pied.

En termes de poids, on est dans la moyene car sur ma balance la botte pèse 2,160 kg (en pointure 11US) ce qui est par exemple comparable avec une Alpinestar Tech7 à 2,100 Kg ou la Gaerne SG12 à 2,180 Kg.

Confort : Leatt met la barre très haute

Niveau confort, c'est tout bon car on s'y sent comme dans un chausson avec le pied et la cheville bien maintenus. On sent que l'intérieur de la botte vient appuyer sur les malléoles, mais c'est plutôt agréable car c'est partie interne de la botte est très rembourrée et cet ajustement serré procure une bonne sensation de maintien de la cheville. Même durant de longues journées de ride, les 5.5 restent très agréables à porter.  En comparaison pour moi elles sont plus confortables que les Sidi Crossfire SRS ou des Tech 7 et à mon sens elles offrent aussi un meilleur maintien de la cheville. 

Autre point positif, c'est le fait de ne pas avoir à passer par une phase de rodage. Par rapport à d'autres marques, j'ai trouvé les GPX 5.5 moins "raides" et plus confortables au premier roulage. Comparativement, la Leatt GPX 4,5 (qui est la petite soeur de la 5.5) nécessitent elle un temps d'adaptation (4.5 qu'on avait essayé l'année dernière). Avec les 5.5 que ce soit sur la moto ou en marchant, le confort est perceptible dès la sortie de boite. J'ai été assez surpris par la douceur et le confort à l'intérieur de la botte, c'est quelque chose de vraiment agréable et d'inédit pour moi. Au niveau du confort donc, Leatt met la barre très haute avec ce modèle JW22.

bottes enduro LEATT GPX 55 JW22 freenduroSortie de boite, les Leatt sont d'entrée confortable sans avoir à passer par la case rodage

Protection et agréement de pilotage

En matière de protection, la Leatt 5.5 avec ses plastiques épais inspire confiance. La large protection au niveau du tibia et sur le dessus du pied concourent à cet excellent niveau de protection. Comme prévu, les bottes offrent peu de mouvement au niveau de la cheville. A priori en cas d'impact violent, le niveau de protection de la cheville devrait être donc très bon, mais comme on le verra plus bas, que cette rigidité engendre quelques inconvénients.

botte enduro LEATT GPX 55 JW22 freenduroPlastiques épais sur les tibias, le dessus et devant des pieds , l'intérieur des chevilles, les Leatt inspirent confiance en matière de protection

La pointe des pieds, même si il ne comporte pas d'insert mettalique comme avec d'autre marques, est bien protégé par des pièces en plastique épais et très engloblants. L'épaisseur de ces protections du dessus du pied (combiné à une semelle relativement rigide ) limitent un peu le ressenti des commandes (pédales de frein et levier de vitesse) mais rien de bien génant.

pied bottes LEATT 5 5 freenduro

Coté grip, c'est du tout bon aussi avec des semelles à crampon type enduro qui offrent une bonne adhérence sur les cales-pieds. En outre, ce profil enduro, n'altère pas les déplacements du pied comme cela peut parfois arriver avec des profils de crampons trop prononcés. Pour les fans de franchissement, ce type de semelles enduro est pertinent, puisqu'elles apportent un plus en termes de grip quand on est emmené à pousser la moto sur les terrains à l'adhérence précaire. Confortables sur la moto, les GPX 5.5 FlexLock le sont aussi quand vient le moment de mettre pied à terre !   À noter aussi que les semelles de la GPX 5.5 sont dotée d'une tige en acier renforcé (certifiée CE) qui participe à la protection du pied en cas de choc violent. Difficile de définir l'intéret de cette tige en acier, mais ce qui est sur c'est que la relative rigidité des semelles contribue aussi au sentiment de confiance qu'inspire ces bottes.

semelles bottes LEATT enduroGros plan sur le profil des semelles à crampons spécifique à ce modèle enduro JW22

Le choix d'utiliser des matériaux texturés sur la face interne des bottes, est judicieux car cela permet de mieux maintenir la moto entre ses jambes. Ça grippe fort et ça à même tendance à rapidement poncer les protections de cadre et les plastiques au niveau de la boite à air. Pour reduire le mal aux bras c'est top, car on peut maintenir plus fermement la moto avec les jambes et relacher un peu les efforts sur les bras.

avis bottes LEATT 5 5 freenduroLes parties internes texturées apportent un vrai plus en termes de grip pour maintenir fermement la moto entre ses jambes

Je ne sais pas précisément, si cela vient de la conception de la semelle ou des rembourrages internes, mais avec ces bottes, j'ai aussi l'impression que les petits chocs et autres vibrations au niveau des repose-pieds sont filtrés  et ne remontent pas vers la plante des pieds. Mais revers de la médaille,  le ressenti des commandes (pédale de frein, levier de vitesses) est un peu moins sensible d'avec d'autres bottes. Mais bon, moi je valide, car je préfère des bottes un peu rigides qui protègent efficacement, même si je perds en termes de feeling au niveau des commandes .

L’autre dispositif ingénieux mis au point par Leatt est le velcro « Slidelock » qui permet une fermeture parfaite du haut de la botte, via un velcro coulissant unidirectionnellement. Grâce à ce velcro un peu particulier, on peut fermer la botte en verrouillant les 4 boucles et tout de même ajuster parfaitement la position de velcro. On se demande pourquoi les autres fabricants n'y ont pas pensé avant, mais ce petit dispositif qui semble anecdotique, est indispensable  car il permet d'ajuster parfaitement la fermeture de haut des bottes et de rendre cette partie parfaitement étanche aux projections.

essais bottes LEATT 5 5 freenduroAperçu de la fermeture du haut des bottes via le velcro unidirectionnel

Les boucles en aluminium sont d’excellente qualité, faciles à manœuvrer et restent bien en place une fois verrouillées. C'est du costaud, car au bout de 5 mois, elles restent (comme l'ensemble de la botte) en excellent état et continuent à se manipuler sans forcer.

fermetures bottes LEATT 5 5 walkerGros plan sur les boucles en aluminium d'excellente facture

Solidité à toute épreuve

Au terme de ces 5 mois, en plus de tout ces qualités dèjà relévées , ce qui m'a le plus supris, c'est la solidité et la durabilité des bottes Leatt. Surprenant mais, après cette période de test, la semelle reste en très très bon état. Il n'y a quelques traces d'usure mais ça reste très superficiel. Que ce soit les boucles, les coutures, les parties mobiles, les plastiques, tout a parfaitement résisté et reste en très bon état (même après les avoir malméné tout l'hiver dans la boue !).  Je ne sais pas si Leatt a particulièrement travaillé le point de la durabilité, mais force est de constater que les GPX 5.5 c'est du costaud et que pour une pratique enduro elles sont bien adaptées.

semelles bottes LEATT 5 5 freenduroAprès les 2 premier mois de test et un dizaine de sortie, la partie centrale est un peu marquée mais le reste de la semelle est comme neuve

Quelques défauts de jeunesse

On passe maintenant aux points que l'on a moins appréciés lors de nos essais. Le premier, c'est qu'avec les Leatt .5 il est un peu difficile de pointer les orteils vers le bas. C'est le revers de la médaille de la rigidité et du système flexloc qui limite l'extension de la cheville vers le bas.  Pour lever le bout du pied, pas de problème, mais lors que vous êtes debout et que vous voulez passer votre pied gauche sous le sélecteur, le mouvement de la cheville n'est pas naturel. Par exemple, en roulant debout (dans une portion rapide par exemple) si l'on veut passer le bout du pied sous le levier de vitesse pour changer de vitesse, c'est plus difficile avec les Leatt qu'avec d'autres marques.  Avec les 5.5 le changement de vitesse demande donc un peu plus d'énergie, car dans certaines situations, il faut bouger toute la jambe plutôt que de bouger seulement le bout du pied et de la cheville pour monter les vitesses.

Botte enduro Leatt 5.5 Jonny Walker - FreenduroC'est en positioon debout au momet de monter une vitesse que la Leatt va demander plus d'efforts pour passer son pied sous le sélecteur.

Autre petit reproche, c'est quelles ne sont pas vraiment étanches. Par temps de pluie ça va bien, on garde les pieds plutôt au sec. Par contre, si vous mettez les pieds dans l'eau, là pas de miracle, vous aurez les pieds mouillés. Ceci à cause des petites grilles d'aération situées sur l'extérieur de la botte.  Mais bon très sincèrement, malgré ces aérations par temps de pluie, elles restent suffisamment "résistante à la pénétration d'eau.

bottes enduro LEATT GPX 5 5 JW22 freenduroAperçu des grilles d'aération par lesquelles l'eau peut pénétrer

 

Conclusion : des bottes haut de gamme avec un excellent rapport qualité /prix

Proposées à 400 €, les bottes Leatt GPX 5.5 FlexLock JW2  se situent dans la fourchette de prix haute des bottes moyennes gamme ou dans la fourchette basse des bottes haut de gamme, selon la façon dont vous comparez ces 400 €. Mais vu le niveau de confort, de protection, de qualité de fabrication, pour nous les 5.5 rivalisent largement avec des bottes haut de gamme (comme les Alpinestar Tech 10,  Gaerne SG12 ou Sidi Crossfire 3) et cerise sur le gâteau, elles sont en moyenne 100 € moins chères. C'est donc pour moi, c'est une excellente alternative à des marques plus connues.  Grâce à un très bon niveau de confort, de maintien de la cheville (même si c'est parfois gênant pour passer les vitesses) les GPX 5.5 procurent un vrai sentiment de protection.  Leatt a réussi son coup en proposant sur le marché des bottes moto de très bonne qualité et vraiment adapté à la pratique de l'enduro.

La dernière chose qui ressort de cet essai, c'est pour moi le fait que ces bottes sont super robustes et résistantes. Au bout de 5 mois, rien n'a cassé, elles sont toujours en très bon état. À part quelques éraflures et décolorations superficielles, aucun signe d'usure prématuré a signaler. Même les semelles qui sont pourtant soumises à la rude épreuve de mes 90 kg, sont très peu marquées.

À noter aussi que Leatt se démarque de ces concurrents en ayant conçu sa botte avec de nombreuses pièces démontables (protection tibia ,boucles, pièces Flexlock, etc) et remplaçables en cas de casse.

 

J'AI AIMÉ J'AI MOINS AIMÉ
Confort haut de gamme
Mouvements des chevilles limitées vers le bas
Le niveau de protection
Léger manque de sensiblité sur les commandes de la moto
Solidité et durabilité
Bon maintien, bonne rigidité (sans être excesive)
Pas de période de rodage
Sytème velcro Slidelock

Ou acheter les bottes LEAT 5.5 enduro ?

Cette version JW 22 n'est pas la plus répendu mais on peut la trouvé auprès de quelques grandes enseignes

 

 

 


Laisser votre commentaire ...
Caractères restant.

S'identifier ( )

Poster comme invité

Chargement... The comment will be refreshed after 00:00.

Articles qui pourraient vous intérésser :