EWC GP du Portugal J2 : Paroles de Pilotes

  • Publié dans WEC

Chrsitophe NambotinC'est la huitième fois consécutive que Nambot fait péter la champagne sur le mondial !Les réactions des pilotes après les Grand Prix EWC du Portugal qui c'est déroulé les 12 et 13 mai 2012 à Torres Vedras

Christophe Nanbotin - KTM - E3 :
Comment s'est passé ton Grand Prix?

Christophe NAMBOTIN : "Je suis épuisé ! C'est la première fois de la saison que je termine un week-end de Grand Prix aussi fatigué. J'ai vraiment donné tout ce que je pouvais physiquement et mentalement. Les spéciales étaient très particulières et avec un 2 temps c'était difficile de se battre au scratch. Il fallait rester très concentré car le tracé était glissant. Les liaisons étaient usantes et cassantes, j'ai souffert. Je gagne au scratch le samedi et je termine 3e le dimanche, je suis allé au bout en concervant un bon classement c'est une vraie réussite pour moi ! "

De quelle manière as-tu abordé ce rendez-vous ?

CN : "Bizarrement avec un peu d'apréhension. J'avais creusé de gros écarts lors du Grand Prix d'Espagne et j'avais un peu peur de ne pas pouvoir en faire autant. Je pense que c'est normal, quand on arrive à faire les choses bien on a toujours la crainte que tout nous échappe. Je ne vois pas pourquoi mais c'est comme ça, je ne suis pas une machine ! Une fois sur la moto je n'ai plus de stress et je ne me pose pas de questions, comme on dit je fais le job ! "

Tu as désormais 50 points d'avance au championnat. Quel regard as-tu sur les autres pilotes ?
CN : "Je m'en méfie ! Sincèrement je pense avoir mieux préparé ma saison cet hiver. Ceux avec qui je me bats au scratch ont vraiment beaucoup de vitesse. D'ailleurs, si on regarde bien, les écarts sont de moins en moins importants entre nous. Ils ont beaucoup progressé depuis le début de saison et ils approchent de leur meilleur niveau. C'est maintenant que les choses vont devenir plus dures pour moi ! (rires) Mais je m'y attendais et j'ai notamment appris, grâce à Mika Ahola, que pour prétendre à un titre mondial il faut être devant dès la première course. La saison n'est pas terminée, il faut tenir bon mais une chose est certaine, jusqu'à maintenant j'ai fait ce qu'il fallait pour ne pas avoir de regret !"
Place au repos quelques semaines avant de reprendre le guidon les 16 et 17 juin à Aiglun pour la deuxième manche du championnat de France d'enduro


Seb Guillaume -Gasgas - E3 : 
Après un Grand Prix d'Espagne au cours duquel j'avais beaucoup souffert nous enchainions sur le Grand Prix du Portugal. Au programme trois spéciales. Une cross test et une enduro test tracées au même endroit et une spéciale extrême naturelle qui a fait l'unanimité auprès des pilotes. Je n'étais pas certain de ma condition physique en abordant cette course mais malgré tout, j'avais le sentiment d'être en meilleure forme que le week-end précédent.
Samedi
"Vu mon début de saison, je n'ai rien à perdre et donc j'attaque davantage"
Dès les premiers chronos je me sens dans le coup. Mon objectif principal est de finir la journée mais cependant, je mets davantage d'engagement en spéciale et surtout, je m'applique pour éviter de partir à la faute. Le tracé est glissant, il ne faut ni se rater au freinage, ni à l'accélération. Volontairement je ne regarde pas les chronos et même si je ne suis pas au mieux de ma forme, je sens que mon état est nettement meilleur qu'il y a une semaine. Les sensations reviennent. A la fin du deuxième tour mon mécanicien m'annonce que je suis troisième et que la deuxième place est jouable. Vu la situation, c'est sans aucun stress que j'aborde le dernier tour. Vu mon début de saison, je n'ai rien à perdre et donc j'attaque davantage. Je remporte les trois dernières spéciales face à Aigar Loek qui était deuxième et je lui prends sa place ! Ce résultat est une délivrance. Il me confirme plein de choses, je sais que j'ai toujours ma place sur les Grand Prix et que même réduit physiquement je suis capable de monter sur le podium. C'est important pour le moral, je commençais à déprimer un peu et là, je retrouve beaucoup de motivation. Pour le team c'est aussi une bonne chose de voir que leurs efforts ont fini par payer.
Dimanche
"je suis très content d'avoir pu tenir mon rang le deuxième jour"
Dès le départ je sais que la journée ne sera pas facile ! J'ai déjà des courbatures... Stéphane, mon mécanicien me motive et, comme la veille, il me dit qu'étant en cinquième place j'ai la possibilité de me rapprocher du podium. Je me motive pour les dernières spéciales mais finalement je commets trop d'erreur et je termine 5e. Ce n'est pas un échec, je suis très content d'avoir pu tenir mon rang le deuxième jour sans avoir été contraint à l'abandon.
Je rentre du Portugal très satisfait et plein d'ambition pour les prochaines courses ! Maintenant place au repos deux semaines avant le Trèfle Lozérien. Ensuite nous enchainerons sur la deuxième manche du championnat de France et sur le Grand Prix d'Italie. Merci à tous pour vos messages !
Seb
Seb GuillaumeSeb Guillaume commence à retouver la vitesse


 

Mathias Bellino - Husaberg - EJ :
  "Le weekend a été parfait malgré la difficulté physique de l'enduro. Nous avons roulé sous la chaleur et sur un sol béton et très glissant... mais c'est ce que j'aime. Je gagne les deux jours avec plus d'une minute d'avance sur le second et je conforte ma première place en tête du classement provisoire du championnat en signant ma 8ème victoire sur 8 courses. Au niveau du scratch, je commence à me rapprocher des meilleurs puisque dimanche, je termine 7ème."

Mathias Bellino _ 450 Husaberg8 victoire sur 8 pour Bellino en Junior !


Pela Renet- Husaberg - E2 :
"La journée de samedi a vu le retour aux affaires de Johnny Aubert. Ça me fait plaisir parce que c'est un ami mais honnêtement, il était plus rapide que moi et je n'ai pas réussi à aller le chercher. Dimanche, j'étais mieux et j'ai pris ma revanche. Si on ajoute à ça les bonnes places de Jérémy Tarroux, ils sont quelques pilotes à s'intercaler avec mes poursuivants immédiats au championnat. Du coup, je réalise une bonne opération puisque je prends 11 points à Guerrero.

 

Pela Renet _EWC _ Husaberg RacingPela consolide sa place de leader en E2 avec une nouvelle victoire le dimanche


Jeremy Joly : Yamaha - E1 :
Comment analyses-tu le bon GPrix que tu viens de faire au Portugal?

Jérémy Joly : « J’ai été régulier et je me suis vraiment donné en spéciale. En fait, je dois avouer que le Grand Prix d'Espagne m'avait un peu mis la rage ! Deux soucis mécaniques coup sur coup, c'était trop de malchance. Je tenais vraiment à effacer ça de mon esprit alors au Portugal j'ai attaqué et du coup je me suis retrouvé près des leaders. Il y a eu de bonnes choses, notamment un 1er temps dans l'extrême-test. Il ne manque pas grand-chose, mes temps sont de plus en plus proches de ceux du top 3. Je suis de plus en plus à l'aise avec la moto et de bonnes sensations commencent à venir. »

Tes objectifs changent-ils ?
JJ :
« Substantiellement non, mais je revois un peu mes prétentions à la hausse. Je ne vais pas mettre la charrue avant les boeufs mais j'ai quand même en tête de me rapprocher du podium. Un point positif, les trois derniers champions du Monde junior sont en E1 et parmi nous c'est moi qui fais le meilleur résultat. Pour moi c'est un petit challenge dans la course et ça me plait ! Je veux vraiment sentir une évolution de course en course. »

Tes prochains rendez-vous ?
JJ :
« Dans à peine deux semaines nous serons à Mende pour participer au Trèfle lozérien. Ensuite nous aurons un petit break de quinze jours avant de rejoindre la région d'Apt pour la deuxième manche du championnat de France. »

Jeremy Joly - Freegun RacingJeremy Joly