CDF enduro - Peyrat le Chateau - J2

Nicolas DeparroisPremière victoire de la saison pour Nicolas DeparroisLe soleil tape toujours aussi fort pour cette 2e journée de course à Peyrat le Chateau. Pas un nuage dans le ciel, mais des gerbes de poussière  accompagnent les pilotes sur des pistes aux faux-airs de rallye-raid.
Le moto-club peyratois à fourni une organisation sans faille, fidèle à sa réputation, travaillant sans relâche pour rendre les tracés praticables malgré les ornières. La SP3, tracée dans une prairie très roulante, n'a pas trop souffert. Les deux autres spéciales en revanche ont beaucoup bougé depuis la veille.. Nouvelles trajectoires, nouveaux pièges à éviter, les cartes ont été redistribuées.
Côté sportif justement, les pilotes ont à nouveau assuré le spectacle. Du suspense, et du beau pilotage, le public a pu assister à une superbe course, digne des grandes heures de la Gilles Lalay Classic. Avec en apothéose, le premier titre national décerné cette saison à l'un de nos champions du monde.

- Catégorie E1
Samedi, Antoine Meo (KTM) avait eu du mal à lancer sa journée, perturbé par les réglages à ajuster sur une moto neuve. Cette fois, il ne lâche que quelques secondes lors des deux premières spéciales avant d'enclencher la vitesse supérieure. Chahuté par un Nicolas Deparrois (Kawasaki) comme souvent à son aise sur les terrains défoncés, il accélère encore dans la ligne pour créer un bel écart dès le 2ème tour. Le tout au guidon de sa 125 2T, pas forcément le meilleur outil pour naviguer dans les ornières de poussières. Peu importe la machine, seul compte le talent. Meo pense avoir empoché un nouveau succès, son 6e de la saison. Mais il est rattrapé par la patrouille. Méo ne s'étant pas arrété à un CP, il est pénalisé d'une minute. Il rétrograde à la 4e place.

Nicolas Deparrois (Kawasaki) remporte donc une victoire inespérée, le meilleur résultat de sa saison, mais méritée tant il était près de Meo toute la journée. Le tout jeune papa devra s'appuyer sur cette course solide pour terminer en beauté lors de la finale de Brioude.

Derrière, la lutte, encore, entre les deux prétendants au titre avec Meo, Rodrig Thain (HM Honda) et Fabien Planet (Sherco). À égalité de point avant cette manche de Peyrat, les deux hommes se sont livrés une bataille superbe, n'ayant jamais plus de 5 secondes d'écart. Avantage final pour Rodrig qui consolide sa 2ème place au classement.
Antoine Méo chmapionnat de France d'enduroUne erreur de pointage prive Méo de la victoire en E1
Classement E1

- 1/ Nicolas Deparrois – 54:37.243
- 2/ Rodrig Thain – 54:45.591
- 3/ Fabien Planet – 54:56:907

Provisoire E1
- 1/ Antoine Meo (KTM) – 158 Pts
- 2/ Rodrig Thain (HM-Honda)- 130 Pts
- 3/ Fabien Planet (Sherco) – 124 Pts

- Catégorie E2
Pour sa première saison complète sur le France, Jeremy Tarroux (KTM) s'arrache. Il n'aura jamais laissé le moindre répit à Pierre-Alexandre Renet (Husaberg). Bien que leader du championnat, le possible futur-champion du monde n'a toujours pas droit à l'erreur. Jérémy Tarroux a même longtemps mené la danse ce dimanche, mais son second passage dans la ligne lui aura été fatal. Il chute et perd près de 14 secondes, un gouffre au vue des écarts enregistrés depuis le début du week-end. Handicapé par un poignet douloureux, il lâche progressivement prise et termine à 13 secondes de Pela.

Mais comme en E1, une decision du jury redistribue les cartes. Une erreur identique à celle de Meo coute a Pela Renet une minute de pénalité. Il conserve tout de même la seconde place et l'écart entre les 2 pilotes au général est toujours de 6 points. Le suspens reste entier pour le titre E2 qui se jouera à Brioude.

Julien Gauthier (Kawasaki) et Antoine Basset (EEAT-Yamaha) ont, comme la veille, lutté toute la journée. Avantage Antoine ce dimanche, pour 8 petites secondes. Son premier podium de la saison.
Pele Renet : " Après la victoire hier malgré une grosse chute dans la dernière spéciale,je fais 2 aujourd'hui après avoir pris 1 minute de pénalité pour être passé à un CP sans m'arrêter....toujours en tête avec 6 points d'avance sur Tarroux. la finale va être serrée ! "

Jeremy Tarroux team KTM france enduroJeremy Tarroux est revenu à 6 points de Pela Renet le leader en E2

Classement E2

- 1/ Jeremy Tarroux – 54:25.373
- 2/ Pierre-Alexandre Renet – 55:11.795
- 3/ Antoine Basset – 55:29.995

Provisoire E2
- 1/ Pierre-Alexandre Renet (Husaberg) – 156 Pts
- 2/ Jeremy Tarroux (KTM) – 152 Pts
- 3/ Julien Gauthier (Kawasaki) – 122 Pts

- Catégorie E3
Et que dire de la domination, de la démonstration de Christophe Nambotin? Il signe le grand chelem remportant toutes les spéciales du jour avec des écarts moyens de 20 secondes. Intouchable, comme toujours. Au final, 2 minutes 18 d'avance et un 4ème titre de champion qui lui tend les bras à Brioude.

Sébastien Guillaume (GasGas) a lui longtemps tenu la place de dauphin, en confiance et régulier. Mais il perd tout le bénéfice de sa belle journée dans la SP7. Il titre tout droit, sa moto se coince dans un grillage et met près d'une minute trente à se dégager. Il reste 3ème mais voit s'éloigner la 2ème place du classement général. Manu Albepart (Beta), toujours peu à son aise sur les spéciales défoncées a peut être marqué là de gros points avant Brioude où il sera chez lui.
Manu AlbepartAlbepart recupere la seconde place le dimanche suite à une chute de Seb Guillaume
Classement E3

- 1/ Christophe Nambotin – 53:03.814
- 2/ Emmanuel Albepart - 55:22.294
- 3/ Sébastien Guillaume – 56:40.935

Provisoire E3
- 1/ Christophe Nambotin (KTM) – 166 Pts
- 2/ Emmanuel Albepart (Beta) – 141 Pts
- 3/ Sébastien Guillaume (GasGas) – 126 Pts

- Catégorie Junior
En junior, Mathias Bellino (Husaberg) aura lâché une journée. Pas deux. Avec le titre en ligne de mire, le champion du monde junior oublie sa douleur au poignet. Il remporte toutes les spéciales du jour et devance Kevin Rohmer (EEAT-Yamaha) de près d'une minute. Un succès suffisant pour lui assurer son premier de champion de France en enduro Junior, une semaine seulement après son premier titre mondial. Il pourra savourer à Brioude avant de partir en élite la saison prochaine.

Kevin Rohmer n'aura donc pas pu retarder plus l'échéance. Après deux chutes dans les deux premières spéciales, le sociétaire de l' armée de terre est distancé. Il termine 2ème mais restera le seul pilote à avoir battu Bellino cette saison sur le France.  Guillaume Gagnoud (Yamaha), frère de Mathieu, termine 3ème. Son premier podium de la saison.
Team Husaberg enduro FranceLe Team Husaberg réuni pour céléber le titre de Belliono
Classement Junior

- 1/ Mathias Bellino – 55:40.881
- 2/ Kevin Rohmer – 56:37.190
- 3/ Guillaume Gagnoud – 57:25.693

Provisoire Junior
- 1/ Mathias Bellino (Husaberg) – 172 Pts
- 2/ Kevin Rohmer (EEAT-Yamaha) – 117 Pts
- 3/ Swan Servajean (Yamaha) – 84 Pts

- Catégorie constructeur
La pénalité de Pierre-Alexandre Renet n'aura pas eu d'incidence sur le classement constructeur pour Husaberg, qui signe la victoire aujourd'hui. En revanche, celle de Méo impacte le résultat de KTM qui termine second à égalité avec Kawasaki. Éric Bernard, manager des deux teams leaders, devrait réaliser la saison parfaite: les 4 titres en individuel plus le titre constructeur. La balance penche pour l'instant du côté HUSABERG, pour seulement 4 points.

Provisoire Constructeur
- 1/ Husaberg – 328 Pts
- 2/ KTM -324 Pts
- 3/ KAWASAKI -226 Pts
Lulu PuyNouvelle victoire pour Lulu en Fémine

Un petit mot pour conclure sur les deux invités du WE: deux pensionnaires habituels du championnat du monde de motocross. Anthony Boissière (Sherco) a découvert les E1, il devrait faire tout le championnat la saison prochaine au guidon de sa Sherco. Après un abandon sur casse moteur hier, il termine 6e ce dimanche à moins de 2 minutes de Meo.

Christophe Martin lui n'est pas encore fixé sur son avenir dans la discipline. Il a abandonné samedi et terminé 8e dimanche.

Les pilotes auront du être courageux et tenaces pour venir à bout de cette épreuve de Peyrat Le Château, physiquement et techniquement la plus difficile de la saison. Entre les ISDE et la finale du Mondial à Brignolles, les meilleurs élites n'auront guère le temps de souffler avant d'en découdre une dernière fois lors de la finale de Brioude, le berceau de l'enduro. Un changement radical de terrain sera à prévoir, beaucoup de cailloux, et un tracé qui reprendra en partie celui des ISDE de 1980, les premières de l'histoire

>>voir les résultats complet :  Elites et Nationaux

 

source et photo  : FFM / Mathieu Talayssat