Connexion

Les ISDE 2022 de l'intérieur avec Jeremy Morice

  • Par: La Rédac' Freenduro
Jeremy Morice pilote Français ISDE 2022

Pour les endruristes passionnés de compétition, les ISDE sont un peu le Graal ultime d'une vie pour ceux qui espèrenet un jour se frotter à cette épreuve mythique. C'est le rêve qu'a réalisé Jeremy Morice à l'occasion de ces ISDE en France.

Jeremy est un pilote qui évolue depuis plusieurs années (en catégorie National) en championnat de France d'enduro et ces ISDE sont sa première participation. Depuis la préparation jusqu'au terme de ces 6 jours, Jérémy va donc nous faire vivre de l'intérieur sa course.

La préparation de la moto et du bonhomme

Avant cette course, j’ai bénéficié d’une préparation physiquement avec l’aide de MX Programming, coach sportif spécialisé dans l’enduro.  Malheureusement, début juillet je me suis fait opéré de la main gauche (pour une infection d’une articulation), donc pas de moto ni de sport pendant un mois. Le gros du travail ayant été fait en amont, j'avais la caisse, mais j’ai du  tout de même travaillé dur les 3 premières semaines d’aout pour retrouver mon physique. 

Pour ma moto, j'ai opté pour la KTM 350 EXC-F que j'utilise depuis de début de saison.  En prévsion de cette course longue durée, j'ai fait faire une révision minutieuse des suspensions par 4.42, changé les roulements de roue arrière et avant, la rotule PDS et surtout le remplacement du piston et chaîne de distribution réalisée par KTM Valence. Les disques d’embrayage ont aussi été remplacés neufs ainsi que tous les liquides de la moto et plaquettes de frein.

-> À LIRE AUSSI :

ktm 350 exc ISDE 2022

L'avant course 

Pour ces 6 jours je ferai équipe avec Luc Vincent et Thibaut Costechareyre. Nous formons l'équipe  JM Racing (ne pas confondre avec Jacquie et Michel…)

equipe JM racing ISDEJeremy Morice, Luc Vincent et Thibaut Costechareyre

-> À LIRE AUSSI :

J’arrive une semaine avant la course, le matin du dimanche 21 août au Puy en Velay et j’attaque directement la randonnée pédestre pour repérer les spéciales !  Les premières SP que je découvre me font directement comprendre que je ne suis pas sur un championnat de France, car elles sont surdimensionnées !

Luc et sa copine me rejoignent le lundi matin. Thibaut arrive le lundi soir. L’équipe est au complet ! Nous continuons ensemble les longues reconnaissances des SP, elles sont variées et très bien tracées. Mention spéciale pour la ligne de Langogne (des jours 3 et 4)  qui est un morceau de bravoure de 8 km de long ( 3 heures à pied ...) mêlant remontées de chemins caillouteux, chemins rapides avec chicanes, descentes engagées et pour finir des virages en dévers avec de longues remontées dans les genêts.

Nous essayons de mémoriser au maximum les SP et nous les récitons en sortant des spéciales et le soir avant d’aller dormir pour bien nous imprégner de tous ces parcours. Un tour dans la piscine et des étirements pour décontracter les muscles et faire retomber la pression…

-> À LIRE AUSSI :

rererage speciale JM racing ISDESi vous n'aimez pas la marche à pied , oubliez les ISDE

Entre temps, nous passons au paddock pour nous installer et récupérer les bracelets pour les assistants.  Vendredi matin, après les repérages (presque) terminés, nous avons droit durant 15 min de faire petit training à moto pour s’assurer que tout va bien, puis 1 heure de nettoyage… Quand on aime…

Nous réalisons des photos de l’équipe puis direction le paddock pour passer les vérifications administratives et techniques.  La petite surprise, après un engagement de 1 050€ par pilote, nous avons dû encore rajouter 10 € pour un nouveau support de transpondeur…. Quand on aime…

Une nouvelle séance photo, puis on lâche la moto au parc fermé sans oublier de l'attacher avec un cadenas ! (et essayer de ne perdre la clef…)

Après avoir laissé la moto au parc fermé, je retourne repérer les spéciales (vendredi soir et le samedi). Et oui, si vous n'aimez pas la marche à pied, oubliez les ISDE.  Pour toutes ces recos, je totalise pas moins de 90 km de marche à pied ! Samedi soir, c'est le défilé en ville pour la cérémonie d'ouverture dans la vieille ville du Puy en Velay ! Quelle ambiance !  

H24 : dimanche matin, briefing des pilotes et briefing des assistants ! Pour ma part j'ai durant ces 6 jours 2 assistants. Un avec le camion pour aller d’un point de ravitaillement  (il y en a  3 par jours) à un autre avec les outils et l’essence. Mon second assistant sera mon suiveur à moto, ira de spéciales en spéciales. Son job sera de prendre un max d'infos sur la SP pour me les communiquer, de récupérer mon sac d’hydratation en entrée des spéciales, de me donner à boire et à manger en sortie de SP.  Sans ces personnes, il serait impossible de faire cette course.

À notre plus grand désarroi, nous nous rendons compte que nous ne partirons pas par équipe le premier jour. Nous partirons dans l’ordre des catégories E1 E2 E3, puis l’ordre des numéros. Donc pour moi, ce sera un départ lundi matin à 9 h 43.

La course 

Lundi 29 aout  : 290 km / 7 h 30 de moto.

Ce lundi matin, la pression était bien lisible sur le visage de mes coéquipiers , idem sur le visage que je vois dans le miroir. Pour bien débuter la semaine, la mauvaise nouvelle du matin avec des Allemands qui se sont garés devant notre paddock et nous empêchent d’y accéder. Mais bonne nouvelle, je découvre qu’avec la colère, je parle un anglais quasi parfait ! Ils ont vite plié bagages nos amis allemands !

Échauffement, puis direction le parc fermé pour récupérer la moto. La course commence, il est très compliqué de rouler dans la première spéciale de ce lundi matin. Beaucoup de stress et peu de moto avant d’arriver à la SP1, j’avais l’impression d’être rouillé . J’en sors sans chute, mais pas fier de moi. La liaison est plaisante à rouler, mêlant descentes techniques et grands chemins roulants. À la sortie de la SP2, je me rends compte que la journée va être "plus compliquée que prévu" car les niveaux étant mélangés, j'ai des pilotes moins rapide que moi qui partent en spéciale devant moi. Je rattrape 2,3 pilotes par SP qui parfois me ralentissent un peu, mais ce n’est pas vraiment grave, puisque je ne suis pas là pour gagne, mais pour finir cette expérience unique.

Après la SP2, mauvaise surprise, un bouchon ! Une petite montée technique qui sème la zizanie.

jeremy morice ISDE 2022ça bouchonne dans les chemins

Je reste bloqué une dizaine de minutes dans ce bouchon, s’ensuit une liaison en mode CH serré, j’arrive juste avec 1 petite minute d’avance au CH et je choisis de ne pas ravitailler pour ne pas prendre de minute de pénalité. Au moment d'écrire ces lignes, je me rends compte que c'était le mauvais choix  et que j’aurais dû ravitailler. En ne refaisant pas le plein , j’ai pris le risque de tomber en panne d'essence et j'ai dû rouler tout le CH suivant, en mode économie d’essence, moteur éteint dans les descentes. Mais bon ce qui est cool, c'est que ce lundi 29 aout 2022 j'ai mis au point le start&stop sur une moto d’enduro… Après quelques sueurs froides en regardant mon réservoir, j’arrive tout de même au ravitaillement (il ne me reste que quelques gouttes d'essence dans le réservoir…)

La suite de la journée se déroule plutôt bien, les SP sont agréables à rouler et les chemins variés. Le soir, peu de mécanique à faire. Je ne change pas mes pneus, car pour mon niveau, ils feront largement la seconde journée.

Mardi 30 aout   :  290 km / 7 h 30 de moto


Départ dans l’ordre du classement de la veille pour la même bouche et les mêmes spéciales que la veille. En partant avec des pilotes du même niveau que moi, c'est plus agréable de rouler. Par contre, après le passage des 650 pilotes, les spéciales sont maintenant bien démontées et on roule dans de la farine. Les chemins sont aussi bien marqués et la poussière est omniprésente.

jeremy morice ktm ISDE 2022Des spéciales très bien tracés et longues

Thibault a eu la surprise de voir Nicolas Bombin en train de sécher son filtre à air après une chute dans l’eau. Je cite sa blague « faisait chaud donc il a décidé de prendre un bon bain ». Je suis impressionné par la vitesse des pilotes américains dans les chemins défoncés et rapides qui roulent à bloc comme s'ils étaient en GNCC. Par contre, je suis aussi surpris par leur manque de technique dans les montées caillouteuses de la haute Loire.

La fin de journée se passe s'en encombre si ce n'est un bel orage de grêle qui nous surprend dans les chemins. Je n’entendais même plus la moto avec la grêle sur mon casque. Les chemins se sont transformés en torrent d'eau et de boue et je dois accélérer pour rentrer au paddock, car nous avons perdu du temps dans les chemins avec cet orage.

Avant de passer au pré-finish, je fais une inspection de la moto et je commence à dévisser le gripster pour gagner du temps sur mon changement de pneus (on a que 15 minutes de mécanique le soir sans aide extérieure sur les ISDE). Le changement du pneu arrière se passe bien pour les 3 pilotes. Un peu récalcitrant pour Thibault, mais il parvient à le remonter et à poser sa moto au parc fermé pile dans la minute.

Mercredi 31 aout : 260 km /  6 h 30 de moto

Départ pour une nouvelle boucle du côté de Langogne et le lac de Naussac. Nous avons commencé par un chemin en ligne droite pendant 20 Km avec une vitesse de croisière de 100 km/h, s’ensuit la première SP très belle à rouler ! Puis, nous avons suivi un magnifique sentier surplombant la vallée de l’Allier, un réel plaisir pour les yeux. Arrivé au CH à Langogne, je me rends compte qu'en chemin, j'ai accroché un fil de fer qui s'est coincé dans mon pignon de sortie de boite. Je parviens à le dégager et pointer à l’heure. La SP2 au bord du lac de Naussac fut l'une de mes spéciales préférées, très bien tracée et variée avec un passage dans les bois et une partie prairie très rapide.

speciale naussac ISDE 2022La Spéciale au bord du lac de Naussac fut un régal à rouler

Arrivé près de Langogne, je reconnais les chemins pris l’année dernière au championnat de France d’enduro. La SP en ligne est très rapide et déjà démontée. 13,50 min d’enfer. En plus, comme si ça ne se suffisait pas, j'en ai profité pour embrasser un ballot de paille dans une chicane. Trop gourmand ! Agréable de retrouver mes parents et des amis du moto-club Saint Marcellois dans la SP4 qui m’encouragent, me donnent des conseils et des traces.

Fin du jour 3, nous refaisons la SP1 de la veille, mais cette fois à l’envers.  Si dans un sens je n'arrivai a trouver mes marques et bien dans l'autre sens c'est ... pareil car je ne trouve toujours pas le mode d'emploi de cette spéciale à plat truffée de pierres roulantes.

Mercredi soir, vu la tronche de mon pneu avant, je décide qu'il est temps de le changer, après 3 jours de bon et loyaux services. Je n’ai pas le temps de faire toute la mécanique. Mais comme on a droit, tous les matins, de faire 10 min de mécanique dans le parc mécanique (entre le parc fermé et l’arche de départ), je terminerai ça demain matin.

jeremy morice mecanique ISDE 2022fin de la mécanique jeudi matin avant le depart de la 4e journée 

Jeudi 1er septembre :  260 km /  6 h 30 de moto


Cette 4ᵉ journée, fut la journée la plus compliquée pour moi, je chute dès la première spéciale  à cause une erreur de trajectoire. Après 3 jours de course, c'est un petit manque de lucidité que je paye cash. Physiquement les chemins sont usants, l’impression d’être la plupart du temps sur de la tôle ondulée, il faut rajouter à ça la poussière et la chaleur, car les cailloux et les racines bien cachés ne nous font pas de cadeaux. Je pars encore une fois à la faute, mais ce coup-ci en liaison pour ne pas avoir vu un lit de racines, le radiateur de la KT' est plié, mais n’a pas rompu, il n’est pas beau à voir, mais pas de fuite. Retour dans la ligne, les 20 premiers mètres sont un enfer, pas de visibilité, ce n’est que poussière plus fine que du sable ! Impossible de mettre du rythme avec toutes ces pierres. En rattrapant un pilote, je pars une nouvelle fois à la faute et continu à subir. Résultat : 14:50… presque 1 minute de plus que la veille alors que je n'ai même pas recroisé mon ballot de paille préféré. 

Mais bon, bon an, mal an, je rentre au paddock et je suis bien content d’arriver à la fin de cette journée d’enduro de marteau-piqueur. Ce soir, c'est au tour du pneu arrière de passer à la trappe. Vu que la boucle sur Vorey du lendemain (la dernière !)  s’annonce compliquée avec encore des cailloux et en plus comme la pluie est annoncée, je décide de monter un pneu Metzeler soft. …

thibailt luc ISDE 2022Thibaut et Luc qui s’entraident au moment de la mécanique du soir

Vendredi  2 septembre  : 265 Km / 7h de moto

Vendredi matin départ sous la pluie. Une belle averse qui s’arrête 5 min avant mon départ, parfait !  La première SP est plaisante à rouler, mais je n’arrive pas à mettre de rythme, beaucoup d’erreurs.  La liaison est plus compliquée que les autres jours, bien content d’avoir mis le pneu soft pour cette dernière boucle, surtout avec la pluie les cailloux sont bien glissants. Vers Vorey, je reconnais les passages techniques du championnat de France 2021. Une liaison qui m’avait plu, car usante et technique, elle ne déroge pas à la règle, malgré la fatigue j'ai de nouveau beaucoup de plaisir à rouler sur cette boucle. Je prends un plaisir monstre à rouler sur la spéciale de Vorey, qui mêle passages techniques avec d'énormes dévers et sauts naturels. Dans la dernière montée de la journée, une ambiance de folie, je n’ai jamais vu autant de public !

jeremy morice paddock ISDE 2022Au terme de 5 jour de course le visage est marqué mais la motivation pour le cross final est encore là

Même s'il reste encore 1 journée, je suis déjà très heureux d'avoir été au bout de ces 5 jours d’enduro. Vraiment peu de mécanique à faire ce soir, car  demain, ce sera uniquement le cross final !

Samedi 3 septembre  : 10 min de moto


Samedi matin grasse matinée ! Départ à 10 h 34 pour ma manche, un peu de stress, je n’ai réalisé que très peu de départs en grille. Un tour de reconnaissance et on se place en grille. Je me positionne vers l’intérieur. Panneau de 5 secondes, la grille tombe, je sors très bien de la grille. P3 après le premier virage, je me loupe au second, je passe 4 puis 5. J’arrive à doubler le portugais et je resterai 4 durant toute la manche (environ 10 min) malgré les attaques de mon collègue ardéchois Arthur Gerland.

jeremy morice cross ISDE 2022Le cross final c'est aussi la dernière occasion de se défouler en se tirant la bourre les autres pilotes

Conclusion 

J'ai une très grande fierté d’avoir fini cette course ! Côté résultat, même si ce n'était vraiment l'objectif premier de cette participation aux ISDE, notre équipe  JM Racing se classe 36ᵉ sur 128 équipes et 6ᵉ équipe française sur 32.  Côté résultat solo : 368 Pilotes au départ dont 100 Français :

  • Thibaut : 173ᵉ et 46ᵉ français
  • Luc : 179ᵉ et 47ᵉ français
  • Et pour ma part 89ᵉ et 23ᵉ français

Physiquement je n’ai pas eu de courbatures les jours après les ISDE. J’ai seulement eu une grosse fatigue générale qui s’est présenté lundi jusqu’à jeudi. (l’apéro du samedi soir n’a pas du aider…) Coté moto, mis à part un radiateur tordu et un ressort de béquille cassé, la KTM a bien résistée. Je suis tombé quelques fois durant ces 6 jours mais je n'ai pas abimé grand chose sur la moto.

Coté parcours je n'ai rien trouvé d'infranchissable durant les 6 jours. Les chemins sont certes usant et quelques passages sont délicat mais ça passe. Il faut surtout être prêt physiquement pour espérer aller jusqu'au bout. Les temps ne sont pas si large que ça car j'arrivais avec seulement 8 et 12 min d’avance au CH.  Donc il faut ne pas trop s'endormir en chemin, mais rouler avec un bon rythme (sans pour autant être à bloc) en liaison. Bravo aux organisateurs car les temps étaient pour moi parfait.

Les ISDE combien ça coûte ? 

Si vous aussi vous voulez vous lancer dans cette aventure des ISDE en France un jour, voici en quelques chiffres le budget qu'il vous faudra prévoir  (sans compter la grosse révision de la moto avant la course et les consommables changés (filtres, huile, plaquettes, etc) tout au long des 6 jours.

  • Gite 500 € par pilotes
  • 3 pneus avant  + 3 pneus avant : 400 € + 200 € de bib mousse
  • Inscription : 1050 € + 300 € de licence FIM ISDE
  • Essence moto + moto suiveur : 250 €
  • Gasoil assistance : 200 €
  • Nourriture pour 2 semaines : 400 €
  • Total : environ 3500 €

Je n’ai pas compté les petites réparations effectuées sur la moto dans le budget.

Une expérience extraordinaire ! Je suis heureux de l’avoir vécu dans ma vie d’enduriste ! Un Grand merci à toutes les personnes présentes pour l’équipe et pour moi : ma famille, ma copine, mes amis et mes sponsors. Sans ces personnes, tout ceci n’aurait pas été possible. Merci !!!