Vers une réduction du bruit des motos à l'horizon 2024 et au dela

Pot échappement moto enduro
1 Commentaire

La Fédération Française de Moto via la voix de son Président Sébastien Poirier, a communiquée aujourd'hui sur ses objectifs de réduction du niveau des émissions sonores des motos dans la cadre des compétions FFM.

Il y a urgence à réduire le bruit de nos motos

Afin de pouvoir espérer pérenniser la pratique de l'enduro, du motocross, du trial, du Supermotard etc, la réduction des émissions sonores est une nécessité à laquelle les pratiquants que nous sommes vont devoir se plier dans les années à venir. C'est pour cette raison impérative, que la FFM a annoncé les valeurs des contrôles sonomètres qui seront appliquées en compétition dès 2024.  
Les chiffres indiqués pour la nouvelle réglementation 2024 (109 db pour l'enduro alors qu'aujourd'hui le max autorisé est de 112 db) ne sont pas tombés par hasard, mais sont le fruit de plusieurs mois de concertations avec les constructeurs et accessoiristes qui sont donc impliqués dans ce processus de réduction des nuisances sonores et devront donc proposer des motos et des échappements moins bruyants à l'horizon 2024.  Ainsi, Il faudra pour les constructeurs, accessoiristes et enduristes tenter de réduire de 3db les émissions sonores des motos en 2 ans, ce qui devrait être relativement aisé en 24 mois.

reduction bruit motos FFM

Notre avis

Pour nous, c'est une bonne initiative de la part de la FFM qui semble vouloir faire bouger les choses. Il est urgent de prendre des décisions "radicales" pour réduire le bruit de nos motos parce que l'avenir de notre discipline est en jeux (à très court terme).  En impliquant les constructeurs dans ce processus (et en contraignant par des engagements concrets) ceux-ci seront obligés de produire des motos plus silencieuses (et les accessoiristes des équipements d'échappement moins bruyants) s'ils veulent continuer à vendre des 2 roues et des équipements destinées à la compétition.

Bien sûr, on en entend déjà certain qui vont argumenter sur le fait que réduire le bruit des motos sera synonyme de réduction de la puissance. Certes oui, et alors ?  Ça changera quoi à nos pratiques de l'enduro de perdre un peu de puissance ?  Sincèrement si on perd 1, 2 ,3 ou même 10 chevaux, ça changera quoi ?  Va-t-on rouler moins vite ? Monter moins haut dans les grimpettes  ? Quel sont les pilotes capables d'exploiter la puissance de son 2 roues à fond ?  Donc si on perd quelques chevaux, pour faire moins de bruit, nous on dit banco !   En plus, gardons à l'esprit qu'avec l'arrivée progressive, des motos électriques silencieuses, nos motos à moteur thermique seront de moins en moins supportés par l'opinion publique. Ainsi, si on veut espérer pouvoir rouler encore un peu avec des moteurs 2 temps ou 4 temps, nos motos devront être plus discrètes sous peine de se faire rejeter par tous et partout. Et ne revez pas, le jour ou on sera persona non grata dans les chemins, personne ne viendra nous défendre !  Pas un homme politique, pas une association ne se bougera pour des compétiteurs qui n'auront pas su où voulu évoluer. Donc essayons d'anticiper pour ne pas subir ...

Après attention, ne croyons pas non plus que la réduction le bruit sera l'alpha et l'oméga de la survie de notre sport, car même avec des motos à 50db, ce sera toujours trop pour les pseudos écologistes intégristes et autres grincheux anti-motos…

Le communiqué de la FFM :

 Le niveau des émissions sonores des machines utilisées sur nos compétitions et nos entraînements constitue une préoccupation majeure pour la Fédération Française de Motocyclisme.

Face aux enjeux sociétaux qui sont les nôtres et afin de pérenniser nos sites de pratique qui représentent une richesse pour notre territoire et notre sport, la réduction des émissions sonores est une nécessité.

Après avoir échangé en 2021 avec les représentants des constructeurs et des accessoiristes, la FFM leur a présenté la feuille de route réalisée par le groupe de travail en charge de ce sujet lors d’une réunion organisée le 18 mai dernier.

Au-delà des niveaux sonores appliqués dès 2024, indiqués dans le tableau présenté ci-dessous, des études seront réalisées en vue d’effectuer des contrôles sonores en dynamique sur les circuits de vitesse et de motocross. Par ailleurs, différents appels à projets seront lancés dans les prochaines semaines afin de répondre aux problématiques spécifiques de certaines spécialités, notamment le Supermotard.

Sébastien Poirier, Président de la FFM : « Je tiens à remercier Jean-Marc Desnues, Responsable du groupe de travail FFM, pour le travail effectué. Ce sujet des émissions sonores est existentiel, nous devons réduire le niveau de nos émissions sonores pour garantir notre développement et offrir à nos licenciés des sites de pratique accessibles. Au-delà de la règle, nous devons prendre conscience collectivement que la réduction du niveau sonore constitue un enjeu majeur pour nos activités de demain.

 

 

Loading comment... The comment will be refreshed after 00:00.
Commenter cet article.
symbols left.
Non connecté ( Créer un compte ? )
ou poster en invité

Nous suivre