Maelig Bron-Fontanaz dit stop à l'enduro

Maelig Bron fontanazChangement de cap pour l’ancien pilote Sherco Academy. La finale du championnat du monde d’enduro en France aura marqué la dernière course officielle de l’ex-pensionnaire de l'eeat.


En effet,le cross-man qu’il à toujours été retourne à ses premiers amours. Exit les banderoles,les prairies et les bois;come back entre doubles et whoops.

Maelig nous en dit plus sur ce changement de carrière .

La finale du mondial à Réquista aura donc été ta dernière course en Enduro,un choix murement réfléchi ?
Oui, la finale du mondial à Réquista aura été ma dernière course,ce choix était réfléchi car j’avais depuis quelques semaines une Suzuki 450 RM-Z à la maison suite à une course de Motocross  en ligue Rhône-Alpes où j’ai repris énormément de plaisir à rouler. Le second point qui m’a fait longtemps réfléchir et changer d’optique est le coût financier d’une saison d’enduro au niveau international et Français.Une semaine d’enduro coûte relativement cher!

Nous avons pu voir sur les réseaux sociaux cette photo en noir et blanc de toi,prêt à prendre un de tes derniers départs,le doigt levé vers le ciel.Lorsque tu l’a posté,quel message voulais tu faire passer ?
Ce doigt levé était mon geste en hommage à une personne décédée de ma famille.Je l’ai fait à l’entrée de chaque spéciale.Maintenant,le fond noir et blanc; c’était l’effet nostalgique car à ce moment là,je savais que je retournerais derrière une grille de départ et non entre les banderoles.

Ne regrettes tu pas cette sortie en demi-teinte pour ta dernière épreuve en Enduro ?
Comme je le dit toujours: « one life,no regrets ». Alors,oui, je m’en veux un peu d’être sorti sur une saison catastrophique.L’hiver dernier,je me suis préparé auprès d’Antoine LECOINTRE qui m’a énormément aidé et fait progresser sur le plan physique. Je l’ai prouvé en championnat d’Europe en Italie à Rieti.Et puis,petit à petit,j’ai fait une sorte de chute libre. Je suis tombé plusieurs fois et j’ai perdu la confiance.


bron fontanaz crossMaeling avec sa nouvelle monture : une 450 RM-Z !Le futur de BronBron, c’est quoi ?
C’est se lever le matin pour aller bosser sur un toit et faire du sport le soir pour se maintenir en forme.Sinon,je roule 3 à 4 fois par semaine.

Penses tu que l’enduro t’amènera quelque chose de plus pour ton retour en MX?
L’enduro m’a apporté beaucoup pour le motocross.Je roule bien plus coulé,j’ai aussi un autre regard sur les trajectoires possibles sur les différentes parties d’un circuit. Je continu à m’entrainer sur les spéciales vers chez moi au moins une fois par semaine. De toute façon,j e pense que tout sport moto apporte à sa discipline, la preuve c’est Monsieur MEO.

Des remerciements à formuler? Qui à compté pour toi dans les paddocks d’enduro?
J’aimerais remercier l’Équipe d’Enduro de l’Armée de Terre FFM pour tout ce qu’ils ont fait pour moi,pour ce rêve de gosse qu’ils m’ont aidé à concrétiser. Je remercie chaleureusement Fred Weill et tout le staff qui est derrière pour nous mètre dans les meilleures conditions. Didier VALADE pour cette année, même si elle fût courte. Il à toujours été là pour que tout se passe bien.

Ceux qui ont compté pour moi sont Kevin ROHMER et Jeremy MIROIR, mes « collègues ». Je n’oublierai jamais ces deux années passé avec eux,ces deux années « Magiques ».  Après,un paddock d’enduro, c’est le top. Ça va me manquer, c’est certain. Mais, bon, je viendrais bien y trainer à un moment ou l’autre de l’année.

Enfin, je tien à remercier Jacky DENIZOT qui à toujours su bien me faire marrer.

L’enduro,c’est définitivement terminé ou peut-on te revoir un jour entre des banderoles?
Me revoir en championnat,non ce n’est pas prévu! Mais sur une classique,peut être, il se peux que je fasse le Trèfle Lozérien...

Interview de Mastorgne pour Freendu


Ce site utilise des cookies pour améliorer la qualité de votre visite :

En poursuivant votre navigation, vous acceptez l’utilisation de cookies sur ce site

J'ai compris