Essai enduro : 250RR et 300RR Beta 2016

essais  enduro 250 et 300 2T  Beta modèles 2016Cette année encore la firme Italienne Beta nous a convié à venir essayer sa gamme enduro 2016 en plein coeur de l’Italie à quelques kilomètres de Modène.

 

Le lieu est différent de l’année dernière car cette année nous sommes convié sur le site d’entrainement de Stefano Passerie (ex-top pilote du mondial enduro).

On vous propose donc aujourd’hui les essais des 250 et 300 2 temps Beta 2016.

Beta 300RR  enudro 2016

La première chose qui saute au yeux quand on découvre les motos, c’est la magnifique robe rouge des motos, la couleur est tellement vive qu’elle nous donne  que le rouge est fluo. On rajoute à ce look une fourche Sachs de couleur or, un silencieux FMF, des Té de fourche taillés dans la masse, des jantes et un bras oscillant noir et des pneus Michelin et on obtient un ensemble moderne avec 2 motos au look racé avec une réelle impression qualité. 

La grosse nouveauté de cette gamme Beta 2T, c'est le système de graissage séparé, géré par une unité électronique afin de doser la quantité d’huile nécessaire suivant le régime moteur. Cette nouveauté permet non seulement d’avoir un mélange optimum quelque soit les conditions d’utilisations (moins d’encrassement moteur), mais aussi de faciliter la vie des randonneurs qui n’auront plus besoin de prendre leur bidon d’huile pour faire leur dosage de mélange.

On note aussi sur le compteur un nouveau voyant de niveau d’huile afin de ne pas oublier de refaire le plein d'huile et un réservoir d’essence translucide permettant de surveiller visuellement le niveau d'essence.

Trêve de bavardages, essayons ces nouvelles Beta

En statique, on se sent immédiatement bien installé sur la moto, avec une petite impression d’avoir toujours roulé en BETA.  Assis sur la moto les suspensions travaillent déjà assez bien en gardant une bonne assiette, ce qui présage d’un ensemble assez souple et confortable en début de course.

Une fois debout, on domine facilement la moto avec son guidon au cintrage assez bas.

Tout tombe bien comme si les commandes et la positions du guidon étaient réglées pour chaque pilote.

Grassage séparé Beta 300RR  2016

La selle s’enlève toujours aussi facilement grâce à un simple bouton poussoir et l’accès au filtre à air par le couvercle latéral a été revu pour être plus efficace, en enlevant la selle on accède aussi au réservoir d'huile pour le mélange.

La Beta 250 RR 2016

essais beta 250 RR  2016

Une simple pression sur le démarreur et un peu de gaz suffisent pour mettre en route la machine, la sonorité est vraiment agréable et assez discrète malgré le pot FMF.

Dés les premiers mètres , on sent bien le gros travail qui a été fait sur le cylindre du 250, le coffre est énorme pour cette cylindrée qui peut être comparer à un 300 tellement le couple est présent. On peut s’amuser sur un rapport au dessus en virage ou sur une montée, la moto reprend sans devoir forcement faire appel à l’embrayage. Le moteur est bien plein et difficile à prendre en défaut.

L’ouverture des valves est vive comme sur la majorité des 250 du marché mais reste exploitable en franchissement ou sur terrain glissant car la puissance passe bien au sol. Sur le premier freinage, aucune surprise, les commandes sont fluides et les freins progressifs et suffisamment puissants. La commande d’embrayage est assez souple et permet une bonne précision du point d’accroche.
La prise d’angle se fait vraiment sans problème avec même la sensation d’avoir  presque une 125 entre les mains, la moto bascule sans effort de gauche à droite, on place vraiment la moto vriament où l’on souhaite.

essai 250 RR Bet a 2016

Une grande maniabilité est souvent au détriment de la stabilité mais pas chez BETA, la moto est stable sur les portions rapides, elle ne montre aucune faiblesse dans des trous de freinages et garde le cap dans des portions défoncées quelle que soit la vitesse.

La spéciale de l’essai était très sèche et assez glissante, pourtant je n’ai pas été une seule fois surpris par le train avant, il parait collé au sol et presque impossible à faire décrocher.
Cette moto met le pilote vraiment en confiance.

Du coté des défauts, il faut juste souligner une fourche un peu sèche sur des chocs cassant mais après quelques réglages effectués par Fabrizio Dini (le boss du Team Beta Factory enduro) en personne, cette sensation avait complètement disparu.

Et pour la Beta 300 RR 2016 ?


La même en plus grosse mais enfin un 300cc exploitable.

Cette cylindrée fait souvent peur à cause d’une forte inertie, d’un couple énorme et des hauts régimes inexploitables mais à contrario beaucoup de pilotes sont aussi des inconditionnels du 300 à cause de sa facilité de conduite (comme un 4T) avec le poids en moins.

Sur la partie cycle, le travail a été le même que sur sa petite soeur (la 250), avec des améliorations de renfort de cadre pour plus de rigidité et un meilleur guidage de l’ensemble. Une nouvelle fourche SACHS couleur or dont l’intérieur a été complètement revu avec de nouveaux clapets permettant une meilleure absorption des chocs et une réduction des frottements pour gagner en fluidité.

L’amortisseur travaille assez bien puisque l’adhérence de la roue n’a posé aucun problème et l’arrière n’a jamais montré de mauvaise réaction dans les parties défoncées ou dans les freinages rapides.

La sonorité de l’échappement est légèrement plus grave que celle du 250 et la moto vibre un peu plus.

test enduro Beta 300 RR  2016
Le travail de l’usine sur la courbe de puissance du CDI permet une large plage d’utilisation, on peut même se permettre de relancer à l’embrayage sans crainte de mauvaise réaction ou de ce faire déborder par la puissance.
La cylindrée permet d’enrouler facilement un ou deux rapports au dessus tout en restant efficace et rapide. La force moteur permet de rester sur le même rapport dans une montée sans craindre le coup de piston.

Les hauts régimes ne sont pas en reste, l’image des 300 inexploitables à fond est mise à mal car ici on s’amuse à aller chercher la limite, à ouvrir en grand sans retenu, la moto reste amusante et facile à piloter.

photo spécaile enduro avec Beta 300RR 2016

Certes, il y a plus de puissance à tous les étages et on fini par le sentir à force d’enchainer les tours de spéciales à haut régime mais la puissance passe bien au sols grâce à une montée en régime plus linéaire que sa petite soeur (250).
La selle par contre est encore trop ferme et les coutures supérieurs n’aident en rien au confort, on a rapidement mal au fesse à force d’enchainer les tours.  La cylindrée de la machine n’est présente que d’un seul coté et de plus en bas de la plaque latéral qui est souvent caché par des numéros de course.

Pour finir sur les petits défauts, le sélecteur de vitesse est assez court et demande un certain temps d’adaptation afin d’éviter de rater son passage de rapport.

 test Beta 300 RR  2 temps  2016

Pour conclure, une gamme 2Temps vraiment facile d’utilisation avec un moteur rond et une partie cycle hyper maniable et sécurisante.  Qu’on soit randonneur ou compétiteur, ces modèles BETA vous permettrons de prendre énormément de plaisir en toute confiance.

Le petit plus qui change tout pour un 2Temps, aucune fumée en sortie d’échappement qui gêne souvent le pilote derrière nous et aucun dépôt d’huile à la sortie du silencieux ce qui évitera un encrassement rapide de la laine de roche.

 

Les + 
Les -
Graissage séparé Sélecteur de vitesse trop petit
Moteurs exploitable (250 et 300) Pas de protège mains
Maniabilité Selle ferme
Stabilité Réglages suspensions à peaufiner
Équipements haut de gamme de série  

 

Par: Freenduro.com - Pilote essayeur: Pierre Hourdin