Elio Saint John Webb: de la business school à la Romaniac

Elio Saint John WebbElio Saint John Webb, 22ans, étudiant en licence à la Young Entrepreneur School de Sophia Antipolis la semaine et enduriste le week-end, nous raconte sa première année en hard-enduro.

Dès mon plus jeune âge je voyais mon papa partir avec ses amis en balade moto tout terrain et je me suis fait piquer par la passion de la moto tout terrain. Demandant ma première moto au noël de mes 6 ans et demi pour partir et faire comme papa. Étant sage comme une image pour prouver au père Noël que je méritais mon cadeau, je reçus mon premier PW 80.
Par la suite quand on me demandait se que je voulais faire quand j’étais petit à l’école, je répondais pilote de moto au Paris-Dakar ...

En un an d’enduro, il se lance comme défis la Romaniacs et l’Alestrem.

La passion grandissante avec l’âge, participant à quelques courses de cross (11ans) et de vélo de descente, je me suis mis à faire du trial en randonné, toujours avec mon papa en loisirs jusqu'à mes 21ans où j’ai exprimé mon envie de réalisé mon rêve de gosse, qui avait, évolué avec le temps, de faire les Red bull Romaniacs 2016 (à la place du Dakar).

Je me souviendrais toute ma vie du jour où j’ai validé mon inscription de cette course mythique. Tout en ayant une certaine crainte de ce que j’allais y trouver, n’ayant jamais fait d’enduro. Je me suis tout de suite dirigé vers mon concessionnaire de motos Motorcycles Grasse en lui expliquant ce que j’allais faire dans quelques mois, « La Romaniacs ». Je me souviens de son expression de visage lorsque je lui annonçai la nouvelle, surpris et étonné !
Il m’a tout de même pris en main en me dirigeant pour plus d’information sur ce genre de course vers Yannick Marpinnard, légende vivante de la discipline hard enduro, pour une rencontre et évaluation de mon niveau à moto.

Lors de cette première session avec Yannick,  j'ai eu le privilège de rouler sur son terrain d’entrainement perso. Pour une première session de franchissement enduro j'ai été servi car de suite j'ai du me confronter aux incroyables difficultés de ce circuit et je n'ai réussit qu'a faire 1 et unique seul tour. Le record de Yannick étant de 14min56s pour boucler le tour, je savait que j'en serait loin. En fait pour boucler ce tour j'ai mit ... 24 minutes ...  Bon certes par rapport à lui c'était mauvais mais en fait pas tant que ça car je découvrait le piste et était un parfait débutant en franchissement.

Red Bull Romaniacs 2016 14 YGS9351

De fil en aiguille, la question de la monture sur lequel j’allais rouler pour la saison 2016 se posa, et Yannick (Ndrl: Yannick Marpinard ) me proposa un contrat pilote chez Beta pour participer à des courses de renommées internationales.
Mon choix s'est orienté vers la  Beta 250 RR 2T, qui est plus adaptée à mon pilotage et mes capacités  plutôt que la 300 qui pour moi possède trop de couple.

Ne pouvant pas attaqué la Romaniacs comme çà, sans jamais avoir fait de course d’enduro, je décide donc de participer à la ligue motocycliste de Provence, où je finis 4e en ligue 1 E2. Tout en faisant en parallèle des entrainements de Hard enduro, car c’est la discipline qui m'attire le plus.  2 à 3 entrainements par semaine pendant 7 mois afin d’être prêts tout en faisant des exercices physiques adapter pour avoir une caisse physique suffisante pour réaliser ce rêve.

Jour J, départ direction Sibiu en Roumanie, la boule au ventre en me demandant si je n’étais pas « un peut fou » de faire cette course après si peu de pratique dans la discipline et n’ayant jamais navigué avec un GPS.
La course va se dérouler correctement, avec une grande surprise à l’arrivée de ces 5jours de fou, une 42e place au général en catégorie Bronze.
Très fatigué à l’arrivée, mais le plus heureux du monde d’avoir réalisé un rêve de gosse complètement fou !

Red Bull Romaniacs 2016 1

Voulant continuer l’enduro extrême, j’ai participé à un super-enduro amateur au Portugal, où je finis 1er de la course. Ma participation à la Red Bull Romaniacs m’a permit de gagner en confiance et mieux appréhender mes capacités  en enduro extrême.

Habitant dans le sud de la France, je me suis naturellement fixé comme objectif suivant  le 24mx Alestrem. Pour continuer à progresser je reprend donc le chemins des entrainements hard enduro, pour être prêt pour ce nouveau défit . Je fête mon UN an d’enduro quelque jour avant le départ de la course, avec pour objectif d’aller le plus loin possible dans le circuit.
La course est très durs techniquement, physiquement mais surtout mentalement, mais j’arrive à me lancer dans le 3e tour, en me faisant arrêter après le CP1.
Je termine donc cette ALESTREM  à la  65ème place au classement général derrière les meilleurs pilotes mondiaux de la discipline, se qui m’offre également une 19ème place au classement national. Plus que content de mon résultat, heureux de faire et de continuer les courses de Hard enduro.

Elio Saint John Webb enduro

Bien évidemment ce rêve n’aurait pas était possible sans l’aide de ma famille, Yannick Marpinnard et mes sponsors : FRANGLEX, Motorcycles Grasse, Azur Dream Enduro et Beta motor.

Pour 2017, ma saison se résumera à de l’entrainement intensif, et quelques courses de ligue et production de vidéo. Pour mieux attaquer mes objectifs de 2018, car oui, je vais essayer d’augmenter la cadence, un 24mx Alestrem, Porto XL lahars, Red Bull Romaniacs et un enduo du Limousin.

Voilà ma première année en Enduro.


Pour tout renseignement supplémentaire ou partenariat :

Facebook : Elio St John
Instagram : helio_s
Email : Cette adresse e-mail est protégée contre les robots spammeurs. Vous devez activer le JavaScript pour la visualiser.
Téléphone : 06 87 42 83 84


Ce site utilise des cookies pour améliorer la qualité de votre visite :

Les cookies nous permettent de personnaliser nos contenus et annonces et d'analyser notre trafic. Nous partageons des informations sur l'utilisation de notre site avec nos partenaires médias sociaux, publicité et d'analyse, qui peuvent combiner celles-ci avec d'autres informations que vous leur avez fournies ou qu'ils ont collectées.

J'ai compris