EnduroGP Portugal J1: Phillips s'impose dans la boue

matthew.phillips endurogp portugal j1Matthew PhillipsIl y a plusieurs semaines déjà que la météo au Portugal est très perturbée... Et la pluie s'est invitée sans discontinuer depuis près de quinze jours au pied de la Sierra do Estrela, la plus haute montagne du Portugal, qui veille et domine sur la vallée de Gouveia... Cadre du Grand Prix Polisport, deuxième épreuve du Maxxis FIM EnduroGP World Championship !

Le superbe tracé, très compact, situé dans le cadre verdoyant du « Parque Senhora dos Verdes » a cependant perdu de ses couleurs dès 9.00 ce matin au moment du départ des 150 concurrents (dont 80 Nationaux) engagés sur les trois boucles du circuit de Gouveia. En effet le vert de ce splendide Parc Naturel a vite laissé la place au gris d'un ciel chargé de nuages bas gorgés d'eau et aux couleurs ocres et sombres de bourbiers et d'ornières devenant de plus en plus profonds au fil des passages.

Il y avait bien longtemps en effet que le Championnat du Monde Maxxis FIM d'EnduroGP n'avait connu un tel déluge et de telles difficultés imputables à la météo et au terrain... Il faut d'ailleurs remonter à St Flour (France) en 2013 et à Puchov (Slovaquie) en 2010 pour retrouver trace de telles galères et difficultés dans un GP. Tant mieux diront tous les puristes et les « anciens » ... « L'Enduro n'est pas une partie de plaisir et doit se mériter ! Ces dernières saisons, la quasi totalité des grands prix s'est déroulée par beau temps et sur des terrains secs. I

ci au Portugal nous avons toujours eu des terrains difficiles et des épreuves sélectives... Parfois en Mondial, il nous est arrivé de terminer les grands prix à 15 (Espagne 1993) ou de rouler sous des averses de grêle et de neige (France 1996). Il faut savoir accepter les conditions de courses, serrer les dents et visser la poignée de gaz quoiqu'il arrive. L'Enduro c'est « duro » » nous dira Tullio PELLEGRINELLI cet ancien champion du Monde, devenu suiveur, et un peu dépité de voir l'épreuve amputée d'un tour par la Direction de course.

 

Matthew PHILLIPS prend  la tête de l'EnduroGP....

Il valait donc mieux partir devant ce matin à Gouveia... Mathias BELLINO (F – Husqvarna) fut le premier à en tirer partie avant l'arrivée de la boue et ce sur un terrain gorgé d'eau ! Mais c'est Alex SALVINI (I – Beta) qui mit du gros gaz dès la première Enduro Test, puis Mathias BELLINO reprit les commandes avant que l'incroyable « rookie » Steve HOLCOMBE (GB – BETA) ne prenne la tête de la catégorie EnduroGP à l'entame de la dernière spéciale Xtreme Technomousse... Las, le Britannique chutait à deux reprises tout comme Alex SALVINI (Guidon dans les côtes, souffle coupé, il finit 6eme) et c'est finalement Matthew PHILLIPS (AUS) en embuscade qui coiffait toute la crème de l'EnduroGP sur le fil : « C'était un bel Enduro. Difficile certes mais pas impossible du tout ». Il faut dire que le pilote de Tasmanie en connait un rayon côté terrains gras et que son physique a fait le reste ! BELLINO termine 2eme, pas mécontent du tout de s'en tirer aussi bien et Steve HOLCOMBE qui frôle l'exploit doit se contenter de la 3eme place finale.

L'épatant Américain Taylor ROBERT (KTM) a joué les funambules dans la boue et se rapproche déjà du podium dès son deuxième GP, alors qu'Antoine BASSET (F – KTM) continue de nous épater avec un 5eme rang remarquable dans ce concert de pilotes et Teams officiels « Les spéciales sont encore très roulables; par contre les liaisons sont compliquées avec des ruisseaux en crue et beaucoup de pièges tellement le sol est plein d'eau ce qui provoque parfois des déconvenues car l'on ne sait pas trop où poser ses roues au gré des flaques d'eau... mais vivement demain que l'on en découse à nouveau sur ce terrain sélectif ! » Le français réalise en tout cas un superbe début de saison et confirme après deux Grands Prix le profond chamboulement de la hiérarchie pilotes sur cet EnduroGP « new look » où les jeunes continuent de s'affirmer épaulés par les rookies comme HOLCOMBE, ROBERT et consorts... On en redemande !

Avec une solide 7eme place en EnduroGP, Eero REMES (SF –TM) remporte la catégorie Enduro1 face à Jamie MCCANNEY (GB – YAM), Nathan WATSON (GB –KTM) et Gianluca MARTINI (I) qui confirme qu'il s'éclate sur la Kawasaki du team Lunigiana.

steve.holcombe endurogp gouvea j1Steve Holcombe

 

HOLCOMBE la nouvelle star....

Matthew PHILLIPS, Mathias BELLINO et Taylor ROBERT forment le podium de l'Enduro 2 où nous avons noté les bonnes sorties des officiels Yamaha, Cristobal GUERRERO (E - 5eme) et Loïc LARRIEU ( F - 6eme) auteur par ailleurs du « plongeon » de la journée dans un des nombreux bourbiers.

HOLCOMBE, BASSET... AUBERT (F – BETA) c'est le surprenant podium de l'E3 qui a vu également Jaume BETRIU (E – KTM), Manuel MONNI (I –TM) et Thomas OLDRATI (I – Husqvarna) se mettre en exergue.

Longtemps leader jusqu'à la mi course, le catalan Josep GARCIA (E – Husqvarna) surprit dans la catégorie Juniors sur ce type de terrain, mais plusieurs fautes l'écartèrent de la gagne au bénéfice de l'expérimenté Giacomo REDONDI qui hisse sa Honda Red Moto pour la 3eme fois déjà sur la plus haute marche du podium complété par le jovial pilote local Diogo VENTURA (P) qui se sublima devant son public ! A noter que la belle 5eme place du Français Mika BARNES (KTM).

Triplé Yamaha pour finir en FIM Youth Cup 125cc où le jeune Valerian DEBAUD score sa première victoire face au leader de la catégorie Jean Baptiste NICOLOT (F) et avec au passage la découverte d'un grand espoir Suédois venu du MX, Erick APPELQVIST (18 ans seulement...)

 

L'organisation et la direction de course s'affairent à l'heure où nous écrivons ces lignes afin de proposer dès demain matin 9.00 un parcours digne d'un Mondial et conforme à l'éthique sportive. Mais la météo n'annonce à nouveau pas grand-chose de bon du côté du ciel et une nouvelle journée d'Hard Enduro est à attendre !
Qu'il est déjà bien loin de soleil d'Agadir... mais pourtant que cette épreuve Portugaise est belle, authentique et forte des valeurs traditionnelles chères à l'Enduro, véritable sport « d'homme » avant tout.


«Sweat, tears and blood » nous aurait dit le regretté Mika AHOLA qui de tout là haut doit apprécier ce spectacle de l'homme en proie avec sa machine et avec les éléments naturels, seul au fond des bois.
Des valeurs Enduristiques un peu oubliées ces dernières saisons et que ce Grand Prix Polisport du Portugal vous propose à nouveau de redécouvrir dès ce matin 9.00 à Gouveia...

 

Voir les résultats complet EnduroGp Portugal J1

 

Source et photos : ABC Enduro


Ce site utilise des cookies pour améliorer la qualité de votre visite :

Les cookies nous permettent de personnaliser nos contenus et annonces et d'analyser notre trafic. Nous partageons des informations sur l'utilisation de notre site avec nos partenaires médias sociaux, publicité et d'analyse, qui peuvent combiner celles-ci avec d'autres informations que vous leur avez fournies ou qu'ils ont collectées.

J'ai compris