GP EWC Finlande - J2

  • Publié dans WEC

Plea Renet Husaberg 450 Pela arrivera en france pour la finale avec 11 points d'avanceSous une météo pluvieuse, 79 pilotes ont pris le départ ce matin de la deuxième journée du Grand Prix Radio SuomiPop de Finlande.

Avec des conditions météorologiques aussi difficiles, les trois spéciales de la journée devenaient de plus en plus corsées et très tôt, de nombreux pilotes ont dû abandonner pour problèmes mécaniques ou physiques.
Mais surtout, l'assidu public Finlandais a pu assister au couronnement d'Antoine MEO (F – KTM) dans la catégorie Enduro 1 et de Mathias BELLINO (F – Husaberg) chez les Juniors !
Antoine Méo KTM  250 Exc-FPour sa première année chez KTM Méo leur rammène le tire E1Dès le premier tour, Antoine Méo partait avec la ferme intention de remporter une nouvelle victoire prestigieuse afin de rendre son titre encore plus indiscutable. Prenant les commandes de la catégorie dès la première Enduro Test, le Français vit tour à tour Matti SEISTOLA (SF – HVA), Rodrig THAIN (F – HM Honda) et Eero REMES (SF – KTM) lâcher prise tandis que Simone ALBERGONI (I – HM Honda) restait au contact. Mais au terme d'une dernière Enduro Test couperet, l'Italien coiffait à la surprise générale sur le poteau MEO.... Ce qui n'empêchait pas le français de devenir Champion du Monde E1. Tonio (comme on le surnomme) est le premier Français à être Champion du Monde à trois reprises. En remportant le titre dès aujourd'hui, il confirme sa domination sans partage en Enduro 1. « C'était plus difficile pour moi aujourd'hui. Je suis tombé dans la deuxième Enduro Test et y est perdu beaucoup de temps. Par la suite j'ai préféré assurer mon titre et Simone (ALBERGONI) était vraiment très rapide ! » ...confiait un MEO aux anges ! De son côté, Thomas OLDRATI (I – KTM), qui n'a jamais pu se mêler au duo de tête à cause d'une minute de pénalité (mécanique dans le parc fermé) reçue très tôt complète le podium. Comme hier, Fabien PLANET (F – Sherco) score les 13 points de la 4ème place tandis que Roni NIKANDER (SF – KTM) prend la dernière place du Top 5 devant son public.


Sous l'auvent Husaberg, le champagne coulait à flots à l'arrivée de Mathias BELLINO (F – Husaberg). En effet, le Français devient Champion du Monde Junior après une course incertaine. Mal parti au premier tour, le rouquin se blessait au poignet dans le second tour. Au courage, BELLINO termine la journée à la 6ème place. « C'est fabuleux... »... confessait un BELLINO radieux. « Je suis libéré, je voulais vraiment remporter ce titre durant cette tournée ! C'est vraiment bien pour moi, pour le team et pour tout ceux qui m'ont aidé à être là ! » L'officiel Husaberg hors course pour la victoire, Danny MCCANNEY (GB – Gas Gas) sautait sur l'occasion pour remporter sa première victoire en Grand Prix et envoyer un message fort à la concurrence en vue de la saison prochaine. Jonathan MANZI (I – KTM) et Alex ROCKWELL (GB – Husaberg) montent respectivement sur les deuxième et troisième marche du podium.
Danny MCCANNEY  Gasgas enduroDanny MCCANNEY remporte sa première victoire en Junior

RENET impressionne malgrè GUERRERO !

Dans la catégorie Enduro 2, Heinola eut de nouveau droit à une journée pleine de suspens et de rebondissements. Très bien parti, Alex SALVINI (I – HVA) était contraint d'abandonner après s'être fracturé une phalange de la main gauche. Juha SALMINEN (SF –HVA), tombait dès la première spéciale, et perdait un temps précieux sur le duo Pierre-Alexandre RENET (F – Husaberg) – Cristobal GUERRERO (E – KTM). Même si l'officiel Husaberg faisait la course en tête, l'Espagnol ne lâchait pas prise prêt à profiter de la moindre erreur. A l'entrée de la dernière spéciale, seulement 1''7 séparait les deux rivaux et au finish le Français s'imposait une nouvelle fois et arrivera ainsi en France avec 11 points d'avance. « Ce fut encore une journée difficile... » ... avouait un RENET fatigué... « Il y a eu une belle bagarre avec GUERRERO. J'ai fait un énorme temps dans la dernière spéciale et cela me permet de remporter la journée ! » Le troisième larron, Juha SALMINEN (SF – HVA) concluait ce weekend sur une nouvelle 3ème place. Luis CORREIA (P – Yam), en gros progrès tout au long du weekend a eu fort à faire avec l'étonnant Antoine BASSET (F – Yam) et un Ivan CERVANTES (E – Gas Gas) en petite forme...Il prend une remarquable quatrième place juste devant le Français.

PREMIERE pour LEOK....
Aigat Leok TM 300 Première victoire pour Leok qui monte en puissance Titré depuis hier en E3, Christophe NAMBOTIN (F – KTM) a connu une journée difficile en particulier dans la redoutable Enduro Test. Deux hommes en ont bien profité pour se disputer la victoire finale : Aigar LEOK (EST – TM) et Joakim LJUNGGREN (S – Husaberg). L'officiel TM, en tête dès la fin du premier tour, voyait revenir sur lui le géant Suédois au fil des spéciales. Mais ce dernier commit trop d'erreurs dans le dernier tour et laissait la joie de la victoire à l'Estonien. LEOK s'offre ainsi sa première victoire sur l'EWC. « Je suis vraiment heureux, j'ai ressenti beaucoup de nervosité durant le dernier tour mais finalement je remporte ma première victoire. J'arriverai donc toujours avec le sourire en France ! » Pour la deuxième place, alors que l'on pensait NAMBOTIN hors de course, il réalisa un énorme troisième tour pour priver LJUNGGREN des 17 points. Marko TARKKALA (SF – Beta) échoue au pied du podium pour seulement deux secondes tandis qu'Oriol MENA (E – Husaberg) signe une nouvelle cinquième place. Mention spéciale pour Jari MATTILA (SF – KTM) qui prend une honorable 7ème position.

Enfin, en FIM Youth Cup 125cc, Giacomo REDONDI (I – KTM) a une nouvelle fois survolé les débats et remporte la journée devant le Britannique Jamie MCCANNEY (Husaberg) et le Suédois Mikael PERSSON (Husaberg).

Voilà, le GP Radio SuomiPop de Finlande s'achève sur deux nouveaux titres : Antoine MEO en E1 et Mathias BELLINO en Junior. Il reste encore deux à décerner ; en Enduro 2 et en Féminines. Rendez-vous donc les 20 et 21 Octobre à Brignoles pour connaitre le dénouement final du Championnat du Monde FIM Maxxis d'Enduro avec un Grand Prix AMV de France qui s'annonce comme un hymne national pour des pilotes français de plus en plus dominateurs sur l'échiquier international.

 

photo: ABC enduro / KTM