EWC - GP Portuagal : paroles de pilotes

  • Publié dans WEC

Sherco Jeremy Tarroux EWC PortugalJeremy Tarroux a montré ce weekend end que l'on pouvait compter sur lui avec un beau top 5Les commentaires des top pilote Français apres le GP EWC du Portugal. Quatrième GP de la saison et qui cloturait la tournée Espagne Portugal


Johnny Aubert
Johnny AubertJohnny lors du SuperTest du vendredi soir -photo J EdmundsLa tournée ibérique se termine et les résultats, même si mitigés, sont satisfaisants au vue des circonstances.
Nous sommes arrivés lundi à Torres Vedras pour ce 4ème GP. Sous un vent glacial et de nombreuses averses qui rythmeront aussi bien la semaine de reconnaissances que le week-end de course, nous avons découvert 3 spéciales très intéressantes.Une extrême avec pierrier et franchissements Une cross-test rapide et très typée MX
Et une ligne que certains puristes jugeront pas assez typée enduro mais qui était, à mon avis, tout-à-fait adaptée à tout style de pilotage. Vendredi soir, retour de la super test qui ne m'a pas posé de problème puisque je fais le 2ème temps. C'est samedi matin que les ennuis ont fait surface : je tombe sur la ligne finale de la première test. Une chute rapide et assez violente qui m'a laissé à terre quelques minutes et couté 2 côtes du côté gauche.

J'ai cependant serré les dents et continué la journée dans une souffrance insoutenable... et pourtant dimanche, ce fut pire !La journée se termine sur une 3ème place que je suis venue chercher en « scratchant » la dernière cross test après une belle bagarre avec Pela. Ivan Cervantes et Alex Salvini viennent compléter le podium.

Dimanche matin la douleur s'est intensifiée mais grâce au service médical de la course et une bonne dose de courage, je réussis à pendre le départ.Le premier tour restera je pense comme l'un des pires moments de ma carrière ! J'ai eu vraiment mal ! Je pointe alors 7ème . Dès le 2nd tour, je me suis senti un peu plus à l'aise, et j'ai pu retrouver de la vigueur pour m'installer jusqu'à la fin de la journée à une 4ème place inespérée, au prix de gros efforts. Cette chute et cette blessure me font perdre de gros points mais j'ai réussi à sauver les meubles avec cette 3ème et 4ème place. Je suis donc satisfait. Je tiens à noter que ce Grand Prix du Portugal était vraiment bien organisé. Il est important de féliciter le travail d'une équipe comme celle de la fédération portugaise qui n'a rien laissé au hasard. Bravo à eux.
Prochaine étape : radiographies et scanner (ça fait longtemps... !!), médecin... pour être prêt pour la prochaine épreuve du championnat italien le 1er juin à Bobbio et bien évidemment la tournée Roumanie/Grèce deuxième quinzaine de juin.

 


Christophe Nambotin 

 Nambotin podium E3 EWC Portugal 2013Nambot' abonné à la plus haute marche en E3 - photo J Edmunds

peut-on enfin dire que tu as retrouvé ton meilleur niveau ?
Christophe NAMBOTIN : "Sincèrement je suis super content de mon week-end ! Samedi je n'ai pas fait un excellent début de journée, j'ai fait quelques erreurs et des chutes. Rapidement tout est rentré dans l'ordre et j'ai fait une bonne fin de journée. J'avais retrouvé des sensations, de la vitesse, et beaucoup plus d'aisance dans les enchainements. C'est surtout dimanche que la journée s'est déroulée sous le signe du plaisir ! J'ai remporté toutes les spéciales de la journée dans ma catégorie, je me suis bien éclaté ! (rires) "

Ton avance au championnat devient confortable. Vas-tu gérer les trois derniers Grand Prix d'une manière particulière ?
CN : " En effet j'ai 34 points d'avance ce qui est beaucoup mais il reste 6 manches, tout est très relatif. L'idée de chercher à gérer ne me plait pas trop, l'enduro est un sport où tirer des plans sur la comète est périlleux ! Ma stratégie n'en est pas vraiment une, je vais simplement faire le job et essayer de gagner le maximum de journées. Il faut surtout que je reste dans la configuration mentale et physique de ce Grand Prix, j'étais vraiment bien à tous points de vue !"

Fais-tu un bilan particulier sur cette première partie de saison ?
CN : "Le classement parle de lui même, je ne peux qu'être satisfait. J'ai vraiment eu peur en début de saison, je voyais tout s'effondrer et puis j'ai eu la chance de me réparer rapidement. Ma victoire au scratch dimanche est un peu comme si je tournais la page sur ce début de saison compliqué mentalement. J'ai le regard tourné vers l'avenir, mais l'avenir proche quand même puisqu'à cette heure je suis déjà en train de reconnaitre les spéciales du Trèfle Lozérien !"

 


Jeremy Joly

 Jeremy Joly FranchissementJeremy Joly dans une des partie hard du circuit au Portugal -Photo Dario Agrati
Comment se sont passés ces deux GP ? Quelles étaient les conditions de course ?
JJ : Ces deux Grands Prix étaient assez typés motocross en ce qui concerne les spéciales et aussi très éprouvants physiquement. Sur le papier, les liaisons peuvent paraître courtes, mais elles étaient très cassantes et techniques. Les hommes et les motos ont souffert ! Au Portugal notamment, la liaison était particulièrement corsée. Deux GP bien distincts de par la nature du terrain, mais aussi difficiles l'un que l'autre.

Comment analyses-tu tes résultats ? 8-8 en Espagne et 7-10 au Portugal...
JJ : Je me suis vraiment bien battu pour une place dans le top 5 le premier jour du GP d'Espagne, mais j'ai perdu de précieuses secondes dans le dernier tour et je finis 8e. Le 2e jour a été plus dur physiquement, mais je suis resté au contact de mes adversaires et j'ai gardé cette même place. Quand je regarde quels sont les pilotes qui sont derrière moi, je n'ai pas à rougir, loin de là. Je suis plutôt satisfait de battre des pilotes qui ont déjà signé des podiums en Mondial. Idem lors du GP du Portugal, j'ai bien roulé le samedi, avec une nouvelle fois une belle bagarre pour le Top 5, dont je suis très proche. En revanche, le dimanche, le terrain était plus sec, et je n'ai pas réussi à augmenter le rythme. Malgré tout je suis très heureux d'avoir gagné un rang au provisoire et d'être revenu en 6e position.

Fais-tu un premier bilan de ce championnat et quels sont tes objectifs pour la suite de la saison ?
JJ : Je vais donner le maximum pour conserver cette 6e position voire l'améliorer, ce qui ne sera pas facile quand on regarde le niveau de la catégorie ! Depuis le début de saison, ma régularité s'avère payante et je suis fier de cette place au championnat. Les pilotes qui sont devant sont excellents, et ceux qui sont derrière aussi... Mais je n'oublie pas que mon objectif est de progresser et d'augmenter ma vitesse pour aller jouer dans le peloton de tête à moyen terme ! Pour y parvenir, il va falloir que je travaille encore et encore pour améliorer certains points précis de mon pilotage. Il faut aussi intégrer l'évolution permanente de la discipline dans mon programme d'entraînement pour être mieux préparé.

 


EEAT

 Antoine BassetLe brigadier Antoine Basset est régulier en E2 - photo EEAT
UN DÉBUT DÉLICAT
La super test du vendredi soir n'aura pas porté chance à deux membres de l'Equipe Enduro Armée de Terre-FFM. Le soldat Jérémy Miroir fait une faute à la réception d'un grand saut occasionnant une entorse qui l'empêche de poser le pied au sol le lendemain. Jérémy doit abandonner et passera des examens complémentaires dès son retour en France.
Même situation pour le Brigadier Queyreyre qui chute fort lors de la super test et sera gênétout le week-end par une épaule et des côtes douloureuses.

LA RÉGULARITÉ DES E2
En E2, le brigadier Antoine Basset (8-8) et le brigadier Alexandre Queyreyre (12-10) ont été réguliers et ont réalisé une belle épreuve. Antoine attend des lignes plus typées « enduro » pour approcher le top 5. Quant à son coéquipier, il analyse son week-end portugais : «J'ai chuté fort le vendredi soir, cette faute s'est payée tout le week-end sur ce circuit béton qui tape très fort. Je me suis bien accroché le second jour mais il me manque encore de la vitesse.»
L'entraîneur national Fred Weill est satisfait du résultat de ces 2 pilotes même s'il juge que les deux militaires manquent encore de relâchement mental pour être à leur maximum.

RETOUR DANS LES POINTS POUR ROHMER
Chez les Juniors, objectif atteint pour le 1er classe Kévin Rhomer qui a pris les points de la 15ème place le dimanche. Il est même rentré parmi les 10 meilleurs mondiaux du junior sur quelques spéciales. Une nouvelle étape a été franchie pour le pilote Yamaha 250 - 2 temps. «Samedi, une petite erreur dans une montée me coûte les points. Le dimanche, j'ai eu de bonnes sensations mais la fin de journée a été difficile ce qui m'a fait perdre deux places. Cette tournée, qui a marqué mon retour en Championnat du Monde, a été vraiment très positive.»
Fred Weill analyse la tournée : «Le niveau du mondial est en constante évolution. Chaque détail a une importance capitale pour se rapprocher du top 5. Malgré une progression notable, nous sommes en ce moment trop justes sur certains paramètres. La deuxième partie du championnat sera l'occasion de trouver les solutions.»
 


Juliette Berez

Juliette Berez "Ma place de 5ème au provisoire est motivante" photo M. Talayssat
Quel est ton ressenti à l'issue de ces deux premiers Grands Prix ?

Juliette BERREZ : "Beaucoup de fatigue. Chez les filles le niveau est très homogène et je m'étais préparée mentalement à vivre des compétitions éprouvantes physiquement et nerveusement. J'ai bien pris mes marques sur ces deux premiers rendez-vous, mais le résultat ne me satisfait qu'à moitié. En Espagne je savais que la course se jouerait beacoup en liaison. Il fallait un très gros rythme pour pointer à l'heure. Nous ne sommes que trois à ne pas prendre de pénalités, je termine troisième. Le lendemain j'accusais un peu les efforts de la veille mais j'ai réussi à obtenir la quatrième place. Au Portugal je n'ai pas trop su m'adapter au terrain, j'aurais aimé mieux faire. Ma place de 5e au provisoire est motivante, d'autant plus que très peu de points séparent les filles du Top 5. "

Comment est-ce que tu te situes parmi les filles engagées selon toi ?
JB : " Nous avons toutes un profil assez différent. Certaines sont capables de rouler fort une spéciale et de se bloquer dans la suivante, d'autres ont moins de vitesse mais voient leur régularité récompensée. Je pense avoir assez de vitesse pour rester dans le top 5 et je ferai en sorte de bien gérer le physique lors des prochains rendez-vous. Je vais tout faire pour garder des forces le dimanche ! Une chose est certaine, il y a un gros rythme, l'enduro féminin se porte bien."

Tes prochains rendez-vous ?
JB : "Dans deux semaines nous serons à Saint Palais dans le Sud Ouest pour la deuxième manche du championnat de France d'enduro. Les 15 et 16 juin nous serons de retour sur le mondial pour le Grand Prix de Roumanie. Je profite de cette news pour adresser un grand merci à tous mes partenaires, Ina TV, mes parents et mon copain de m'avoir fourni toute cette précieuse aide durant la tournée Espagne-Portugal ! "

 


Team Sherco

Anthony BoissièrePodium en E1 pour Anthony Boissière le dimanche

Quatrième épreuve du mondial d'enduro au Portugal et Jérémy Tarroux nous a montré ce weekend end que l'on pouvait compter sur lui avec un beau top 5 le premier jour et des victoires de spéciales. Le dimanche, il a un peu accusé le coup physiquement, mais il fini néanmoins 8ème dans le rythme des meilleurs pilotes. Il n'était qu'à 19 secondes de la deuxième place après trois tours.

Fabien Planet lui, a était malchanceux le premier jour. En bagarre pour le top 5, il chute dans la troisième extrême, endommage sa moto. Il perd donc du temps, ce qui le fait rétrograder à la douzième place. Dimanche il termine neuvième. Il aura fallu attendre le dimanche matin et trois classements différents pour connaître le résultat de samedi, où Jessica est finalement quatrième. Dimanche, elle remettra les choses en ordre en finissant deuxième derrière Laia Sanz.

Pour Anthony Boissière (Team Pulsion), la journée de samedi sera encourageante avec une belle bagarre avec Jérémy, il finit sixième. Dimanche, après s'être battu avec les meilleurs toute la journée sans faire d'erreur, il finira par arracher la deuxième place dans le dernier tour.

Les commentaire du team Pulsion Moto Sherco :
«Au lendemain de la manche espagnole du championnat du Monde, Anthony Boissiere et son mécano, Nicolas Dumeny, reprenaient la route afin de poursuivre la tournée ibérique de ce Mondial. Rendez-vous était pris à Torres Vedras où ils allaient trouver de la pluie, du vent, et des températures leur faisant vite oublier les chaleurs espagnoles.
Engagé en E1, Toto a eu du mal à se mettre en jambe samedi matin, mais améliorera très vite ses chronos pour finir à la 6e position. Un difficile début de journée qui n' entamera pas son moral, puisqu'il démontrera le lendemain, comme il l'a fait à plusieurs reprises cette saison, sa capacité à rebondir. Après une lutte acharnée tout au long de la journée avec Matti Seistola, le Finlandais actuel second du championnat, il s'adjuge brillamment la seconde marche du podium juste derrière son ami, l'indétrônable Antoine Meo. Un succès qui vient confirmer le potentiel de la nouvelle recrue du team Moto Pulsion et qui permet de penser que le top 5 de la catégorie est largement envisageable. Très encourageant pour une première saison en enduro.

Le team Moto Pulsion tient à associer à ce succès 2 de ses artisans principaux, à savoir Fred Lavergne (Race Line), développeur des motos du team, et Christophe Meyer, l'entraîneur d' Anthony Boissiere. Ces deux hommes de l'ombre étaient présents ce week-end au Portugal et méritent une mise en lumière tant ils sont un rouage important de notre équipe. Rendez-vous désormais à Mende vendredi Matin pour le départ du Trèfle Lozérien où Julien Gauthier prendra le départ en tant que l'un des favoris de l'épreuve.»