Deparrois : " montrer ce dont je suis capable "

Nicolas deparrois spéciale enduro EWCDep' dans l'extrem le samedi au premier tour

Mardi, 18h00, aéroport de Toulouse-Blagnac... Alors que nous nous rendons à la porte d'embarquement direction Lisbonne, nous croisons Nicolas DEPARROIS (F – Honda) qui prend le même avion que nous après un rapide passage en France au lieu d'avoir suivi tous les pilotes et de s'être rendu directement à Vale de Cambra après la fin de la course... Le néo pilote Honda nous a répondu sans détour sur son début de saison, ses objectifs et son regard sur la concurrence...


Nicolas, pourquoi n'êtes-vous pas déjà à Vale de Cambra ?
Nicolas DEPARROIS : « J'aurai bien aimé suivre tous mes amis pilotes de Solsona à Vale de Cambra mais malheureusement, je me suis blessé au pouce lors d'une chute dans l'Enduro test le Dimanche. J'ai donc préféré rentrer en France, passer des examens à la clinique des sports de Montpellier avant de savoir si je prenais la direction du Portugal ou non. Longtemps, nous craignions une rupture du ligament et finalement les radios ont montré que c'était une grosse entorse de la deuxième phalange du pouce. Ils ont alors décidé de me fabriquer une attelle thermo régulée et j'ai donc rapidement cherché un avion disponible pour me rendre à Vale de Cambra...»

Décidément, les blessures au pouce sont récurrentes dans le team Honda...
N.D : « Apparemment oui ! Alex SALVINI est assez embêté avec cela et pour ma part, j'ai déjà eu ce genre de blessure en 2009. Cela m'avait valu le port d'une attelle et une douleur jusqu'au milieu de saison donc je sais à quoi m'attendre. J'aurai pu aussi rester chez moi, mais je vais essayer de ne pas y penser et de sauver des points important et pourquoi pas passer au-dessus de la douleur pour montrer ce dont je suis capable et rattraper le retard pris... »


Décidément, cet Enduro Test a été difficile pour tous les pilotes...
N.D : « Pour ma part, c'est vraiment le genre de spéciale que j'apprécie. Il y avait de gros appuis. Elle était certes un peu longue mais il y avait aussi une petite clairière au milieu qui permettait de prendre de la vitesse. Lorsque je l'ai repéré, j'ai de suite senti que ça allait vraiment me plaire mais, à rouler j'ai eu finalement un peu de mal à trouver mes marques. En plus de cela, on a du changer les réglages de la moto au dernier moment et cela m'a perturbé... On va travailler ce weekend afin d'essayer de trouver de la puissance à bas régime. Mais, pour en revenir à la spéciale, elle était vraiment top. J'étais sûr qu'il y aurait de gros écarts au vu de sa longueur ! Comme la catégorie est très relevée, la moindre chute se paye cash et c'est ce qui m'est arrivé avec cinq chutes en deux jours !»

Deparrois team Honda InaTVDeparrois un pilote très aérien
Vous parlez de problèmes avec la Honda, vous avez connu des difficultés d'adaptation donc ?
N.D : « Non pas vraiment ! Mais l'accord entre Yannis KOLIGLIATIS (INA TV Racing) et Honda Zanardo s'est fait au dernier moment. J'ai été surpris de ce changement de dernière minute. Donc nous avons essayé de travailler au plus vite. Ce qui est génial c'est que les mécanos sont à l'écoute et ont essayé de m'aider pendant la course. Nous referons des essais ce jeudi sur la training area pour valider les changements et cela devrait très bien aller au Portugal ! »

Mais au final, vous êtes toujours avec Ina TV ou vous êtes passé chez Franco MAYR et le team Red Moto ?
N.D : « Non, je suis toujours Ina TV avec le jeune Nicolo BRUSCHI. Mais Yannis a passé un accord avec Franco MAYR pour que le team Red Moto supporte et englobe le team Ina TV. Je bénéficie de la moto, des pièces, de l'assistance et des mécaniciens du team de Franco... »

« J'ai vite vu que NAMBOT' était rapide sur le 4T ! »

Comment se passe votre relation avec SALVINI sous l'auvent Honda ?
N.D : « Nous n'avons fait qu'une course ensemble donc on ne s'est pas trop vu. En plus, il était assez déçu de son Grand Prix malgré le fait qu'il ait marqué de précieux points. Je le connaissais déjà donc nous avons une bonne relation ! » Nicolas DeparroisNico sur la 250 CRF du team Jolly Racing aux couleurs de INATV


Malgré le doublé de Christophe NAMBOTIN, la catégorie E1 semble très ouverte...
N.D : « Oui, c'est vrai que notre catégorie est très ouverte cette saison. Même si NAMBOT' a dominé ce premier Grand Prix alors que beaucoup doutaient de sa capacité d'adaptation. J'ai très vite vu lors de la Super Test qu'il était très rapide sur le 4 temps. On a vu aussi que GUERRERO pouvait faire des erreurs et que les deux pilotes Sherco étaient vraiment dans le coup. C'est un peu dans la continuité de la fin de Championnat de l'an dernier. Je vais essayer de me battre avec eux même peut être faire mieux que cela. Mais il ne faut pas lâcher trop de points tout de suite... »

NAMBOTIN... MEO... vous préfèrez qui comme adversaire ?
N.D : « La question n'est pas facile ! J'aurai pu te dire que je préférais Christophe si vous m'aviez posé la question avant la Catalogne ! Je suis content d'affronter NAMBOT'. Je n'ai jamais roulé contre lui en Enduro. J'espère qu'il ne va pas tuer la catégorie comme MEO l'a fait. J'espère qu'il va se faire chatouiller tout de même, histoire de mettre un peu de piment !»

Nico Deparrois 250 Honda 250 CRFDeparrois dasn la ligne en Espagne , ligne ou il se blessara au pouce le dimanche

Avez-vous le titre en vue ?
N.D : « Je suis venu en Espagne avec beaucoup plus d'assurance que les années passées et bien sûr très motivé. Je ne voudrais pas revivre les scénarios de l'année dernière avec un bon début de course comme en Grèce et puis un problème en fin de journée. Mon objectif principal c'est d'accrocher des podiums. C'est ce qu'il me manque vraiment aujourd'hui et je pense que j'en suis capable. Avant de parler de titre, soyons réaliste, parlons de podium. En plus il y a un os cette année qui s'appelle NAMBOTIN... Mais je sais que Christophe n'est pas infaillible !»

Vous avez effectué le principal de votre carrière en E1. N'avez-vous pas envie de découvrir les autres catégories ?
N.D : « J'ai fait une saison en E2 dans le team de Fabrizio AZZALIN sur la 250cc 2T. Mais il est vrai que c'est quelque chose qui me plairait donc pourquoi pas. J'aime bien la conduite de l'E1 aussi. J'ai déjà roulé sur des grosses motos et je me suis rapidement adapté même si il faut complètement changer de pilotage. »

Vos favoris pour les autres catégories ?
N.D : « On a vu qu'Ivan CERVANTES était pas mal. Je mise aussi beaucoup sur BELLINO comme gros outsider ainsi que PHILLIPS que j'ai vu rouler à l'ouverture du Championnat Italien et qui m'a impressionné d'entrée. En E2, c'est très difficile, ils sont quatre. Je ne peux pas mettre de favoris ! Pela a déjà eu le titre, MEO veut absolument l'avoir pour montrer qu'il est aussi bon sur des cylindrées plus grosses, SALVINI a du mal en ce moment mais sera très dangereux dès la Grèce et Johnny montre qu'il est présent avec la Beta. Ce serait tout de même bien que ce soit un Français ! Mais c'est très difficile à dire. N'oublions pas mon ami Julien GAUTHIER mais malheureusement il ne fait pas tout le championnat (Il rit)... »

 Nicolas Deparrois pilote enduro Jolly Racing HondaNicolas Deparrois sous l'auvent du Team Jolly Racing avec Alex Salvini

Source ABC enduro

 

 


Ce site utilise des cookies pour améliorer la qualité de votre visite :

Les cookies nous permettent de personnaliser nos contenus et annonces et d'analyser notre trafic. Nous partageons des informations sur l'utilisation de notre site avec nos partenaires médias sociaux, publicité et d'analyse, qui peuvent combiner celles-ci avec d'autres informations que vous leur avez fournies ou qu'ils ont collectées.

J'ai compris