Équipements pilote

Guide d’achat gilets de protection pour l’enduro

Par Freenduro , le 28 janvier 2024 , mis à jour le 28 janvier 2024 - 5 minutes de lecture
Gilet de protection scott softcon 2021

Les normes obligatoires pour les gilets de protection

Pour les courses d’enduro, le port de protections pectorale et dorsale est obligatoire (par la FFM), mais si vous ne faites pas de course, le gilet de protection (intégral, sans manches, rigide ou souple) est un équipement de sécurité indispensable pour limiter les risques de blessure au niveau du thorax et du dos !

Pour que ces protections soient vraiment efficaces en cas de chutes (et de projection de pierres) elles doivent être conformes aux normes Européennes suivantes :

  • Protection pectorale : norme EN 1621-3, ou 14021  (de niveau 1 ou niveau 2)
  •  Protection dorsale : norme EN 1621-2 (de niveau 1 ou niveau 2)
  • Gilet intégral (pectorale EN 14021 ou EN 1621-x et dorsale EN 1621-x intégrés)

Le gilet intégral avec protections rigides 

Avant l’arrivée sur le marché des protections souples, les protections rigides étaient les plus utilisées par les pilotes d’enduro ou de rallye raid (les pilotes de cross, eux, préférant bien souvent les protections plus légères type pare-pierre).

Contrairement aux pare-pierres, le point fort du gilet de protection enduro, c’est de proposer une protection du haut du corps beaucoup plus complète (thorax, dos, épaules, coudes et parfois même un maintien lombaire parfois).
Par conte, ce qui peut rebuter certains pilotes, c’est l’encombrement conséquent de ce type de protection qui peut de temps en temps oppresser. Avec l’habitude et un certain temps d’adaptation sur la moto, on arrive généralement à surmonter cette impression d’oppression.

Si vous doutez de l’efficacité de ce type de gilet, regardez les pilotes du Dakar qui eux privilégient ces protections intégrales (rigides ou souples), et malgré des journées de 10 heures de pilotage et des températures dépassant bien souvent les 30 °c supportent parfaitement leurs gilets.

Gilets enduro avec protections rigides : notre top 4

1 : Gilet Alpinestars BIONIC PLUS V2

Choix de la rédac
Protection pectorale : EN 1621-3 niveau 2
Protection dorsale : EN 1621-2 niveau 2
Protections d'épaule : EN 1621-1  niveau 2
Protections de coude : EN 1621-1 niveau 2


  1. On Aime
  2. Toutes les protection de niveau 2
  3. Très confortable
  4. Protection vraiment complète
  5. Ceinture de maintien lombaire
  6. Très bien ventilé
  1. On aime moins
  2. La protection dorsale a tendance à bouger un peu
  3. Prix (probablement le prix d'une protection de haut niveau)

 

2 : Gilet Leatt 3DF AIRFIT HYDRID

Protection pectorale :  EN1621 Niveau 2
Protection dorsale : EN1621 Niveau 2
Protections coudes et épaules certifié : EN1621
Label FFM

  1. On Aime
  2. Protection de tous le haut du corps
  3. Léger
  4. Confortable
  5. Respirant
  1. On aime moins
  2. Le prix élevé
  3. Pas de ceinture de maintien lombaire

 

3 : Gilet RXR protect Bullet 

Homologué CE 1621-2 Niveau 2 / CE 14021 
Label FFM

  1. On Aime
  2. Protection par coussins d'air toujours gonflés (Air Shock Absorber)
  3. Réglage automatique de la pression
  4. Coque en plastique souple répartissant les chocs sur les coussins d’air
  1. On aime moins
  2. Le prix

 

4 : Gilet Fox TITAN SPORT

Protection dorsale : CE EN 1621-2 Niveau 1
Protection pectorale :CE EN 1621-3 Niveau 1
Protections épaules : CE EN 1621-1 Niveau 1
Protections coude : CE EN 1621-1 Niveau 1
  1. On Aime
  2. Solide
  3. Ne tiend pas chaud (bien aéré)
  4. Le prix
  1. On aime moins
  2. Protection de niveau 1 uniquement
  3. Les protection des coudes bougent

 

 

Le gilet integral avec protections souples

Introduites il y a quelques années par la marque Leatt, les gilets avec protections souples sont maintenant proposés par de nombreuses marques. Ces protections souples sont basées sur l’utilisation de protection en mousses spéciales* (à la place des plaques en plastique) qui ont la particularité de se durcir automatiquement à l’impact (lors d’un choc).

L’avantage principal de l’utilisation de ces mousses souples pour le pilote de cross ou d’enduro, c’est de pouvoir disposer d’un gilet plus confortable et plus léger. Avec ces protections souples, le gilet est général plus agréable à porter, car les mouvements du pilote sur la moto sont moins limités (on se sent moins engoncé) qu’avec une protection rigide. Souvent, on dit que ces gilets souples savent se faire oublier

*Les constructeurs ont maintenant chacun développé ses propres mousses qui proposent différentes caractéristiques, mais qui toutes sont basées sur le même principe : capacité de durcir sur un impact

Niveau sécurité, les gilets protections souples n’ont rien à envier aux protections rigides, car elles sont, elles aussi, homologuées CE et doivent répondre aux mêmes normes de protection du thorax et des vertèbres (via la dorsale).

Gilets enduro avec protections souples : notre top 6

1 :  Gilet Zandona Netcube

Choix de la rédac'
Protection dorsale : CE EN1621-2  Niveau 2
Protection pectorale :  CE EN1621-3  Niveau 2
Protections coudes  : CE EN1621-2 de Niveau 2
Protections épaules  : CE EN1621-2 de Niveau 2.
  1. On Aime
  2. Très Bien aéré
  3. Le plus confortable
  4. Ceinture de maintien lombaire
  5. Toutes les protection de niveau 2
  6. Tissu gilet en SRT (mesh) pour évacuation transpiration
  1. On aime moins
  2. Protection coudes volumineuses (mais elle sont amovibles)

Voir l’essais complet de ce gilet

 

2 :  Gilet LEATT  3DF AirFit

Protection pectorale ; EN1621-3 niveau 2
Protection dorsale :  EN1621-2 niveau 2
Protection coudes : EN1621-1
Protection épaules :  EN1621-1
Label FFM
  1. On Aime
  2. Léger & confortable
  3. Très bien ventilé
  4. Les protections dorsales et pectorales restent bien en place
  5. Protection au niveau des reins
  1. On aime moins
  2. Pas de ceinture lombaire

 

3 : Gilet Scott SOFTCON AIR PRO D3O

Protection pectorale :  EN1621-3  niveau 2
Protection dorsale :  EN1621-2 niveau 2
Protection coudes :  EN1621-1
Protection épaules :  EN1621-1
  1. On Aime
  2. Léger & confortable
  3. Très bien ventilé
  4. Les protections des coudes ne compriment pas les avants bras
  5. Assez long pour bien rester en place dans le pantalon
  1. On aime moins
  2. Pas de ceinture lombaire
  3. Le tissu mesh a tendance à se détendre avec le temps

 

4 : Gilet Kenny PERFORMANCE 

Protection pectorale :  EN 14021
Protection dorsale :  EN1621 niveau 1
Protection coudes :  ?
Protection épaules :  ?
  1. On Aime
  2. Léger
  3. Ceinture lombaire
  4. Le prix (mais niveau de protection plus faible que la concurrence)
  1. On aime moins
  2. Niveau de protection 1 uniquement
  3. Un peu court

 

5 : Gilet Alpinestars SEQUENCE


Protection dorsale :  EN1621-2 niveau 1
Protection pectorale : En 1621 niveau 1
Protection coudes :  En 1621-1 niveau 1
Protection épaules :  En 1621 niveau 1
  1. On Aime
  2. Léger et confortable (m’entrave pas les mouvements)
  3. Respirant
  4. Ceinture de maintien lombaire
  1. On aime moins
  2. Protection dorsale et pectorale de niveau 1 seulement
  3. Taille un peu petit

 

 

6: Fox BASEFRAME PRO D3O

Protection dorsale D3O®  EN1621-2 niveau 2 
Protection pectorale EN1621-1 niveau 1
Protection coudes EN1621-1 niveau 1
Protection épaules EN1621-1 niveau 1


  1. On Aime
  2. Qualité de fabrication et des matériaux
  3. Léger et confortable (m’entrave pas les mouvements)
  4. Protection au niveau des reins
  5. Assez long pour rester en place dans le pantalon
  6. Coupe ajustée pour bien tenir en place
  1. On aime moins
  2. Protection du torse un peu courte (et de niveau 1)
  3. Mousses D3O parfois rigides si exposées au froid
  4. Pas de ceinture de maintien lombaire

 

 

Comment savoir si ton gilet de protection est bien homologué ?

Sur l’étiquette intérieure de votre gilet (quel que soit le modèle et type), vous devez obligatoirement trouver un petit pictogramme du motard dans un carré et la mention des normes qu’elle respecte (EN xxxxxx). Ceci permet de certifier que votre protection est bien destinée à la pratique de la moto et est homologuée NF/CE.

Si vous souhaitez une protection labellisée FFM (ce qui n’est pas obligatoire, car c’est la norme CE qui garantit le niveau de protection et non la FFM) vous devrez retrouver en complément du marquage EN xxxxxx, une petite étiquette rouge avec la mention « Équipement FFM ».

PROTECTIONS DORSALES : norme EN 1621-2

Les protections dorsales doivent obligatoirement répondre à la norme  EN 1621-2. Les performances des dorsales homologuées EN1621-2 proposent des performances qui sont subdivisées en deux niveaux :

  • niveau 1, la force résiduelle moyenne doit être inférieure à 18 kN, avec un impact autorisé jusqu’à 24 kN
  • niveau 2, la force résiduelle moyenne doit être inférieure à 9 kN, avec un impact autorisé jusqu’à 12 kN. 
Niveau de certification dorsale EN 1621-2 Énergie résiduelle moyenne Pic maximal accepté
Niveau 1 ≤ 18 kN ≤ 24 kN
Niveau 2 ≤ 9 kN ≤ 12 kN

On se rend donc compte à la lecture de ces chiffres que les protections dorsales de niveau 2 sont plus protectrices que celle de niveau 1. En clair, les protections de niveau 2 absorbent et dissipent mieux les impacts.

PROTECTIONS THORACIQUES : norme EN 1621-3

Comme les protections dorsales, les protections du thorax doivent, elles, répondent à la norme EN 1621-3. Les performances des protections thoraciques sont aussi subdivisées en deux niveaux :

  • niveau 1, la force résiduelle moyenne doit être inférieure à 20 kN, avec un impact autorisé jusqu’à 35 kN
  • niveau 2, la force résiduelle moyenne doit être inférieure à 20 kN, avec un impact autorisé jusqu’à 25 kN.
Niveau de certification EN 1621-3 Énergie résiduelle moyenne Pic maximal accepté Distribution de l’impact
Niveau 1 ≤ 20 kN ≤ 35 kN ≤ 15 %
Niveau 2 ≤ 20 kN ≤ 35 kN ≤ 30 %